Le papier c’est tricher

Dans cet article, préparez-vous à lire le pire (ou le meilleur pour certains).

Sachez que la vie en Inde est mouuuultement différente. Ne vous méprenez pas, ce n’est pas un post « c’est vachement mieux la France », parce que déjà ça ne nous manque pas, et en plus le but de ce voyage est de découvrir d’autres cultures et d’autres habitudes. Et autant vous dire que là, on est servies.

IMG_2763

Number 1 : En Inde, le concept du PQ est inexistant.

On se lave le devant comme le derrière à la main ET avec de l’eauuuu. Nan nan, le savon c’est tricher aussi.

La question est la suivante : une fois qu’on a les mains, les pieds, les cuisses et bien entendu les fesses mouillées (avec un doute sur l’état de proprete de tout ça malgré tout), on fait comment pour se rhabiller ???? Et encore, la on vous parle de pantalon et de t-shirt, vous vous doutez que nous admirons les femmes en sari, pour qui c’est une autre paire de manches… Leur habit est constitué d’entre 6 et 8m de tissu au bas mot… Pour vous expliquer : c’est comme essayer d’aller aux toilettes d’une aire d’autoroute glauque (toilettes turques évidemment sinon c’est pas drôle) en robe de mariée avec traîne…

Number 2 : En toutes circonstances, pieds nus tu marcheras.
Qu’il vente, qu’il pleuve (et on parle bien de mousson), qu’il y ait de la boue, des scolopendres, du jus de toilettes… C’est encore mieux quand il y a du challenge a la clé. Et oui, cette règle est valable pour le Number 1. On récapitule : tu fais tes besoins dans des toilettes turques d’autoroute, sans papier, en robe de mariée ET pieds nuuus. Croyez-nous l’Inde est une expérience sensorielle.

Hormis le fait que c’est tout a fait inhabituel et plus ou moins dangereux, on admet que c’est vaaaachement plus cool d’être en contact avec les sol directement. *HIPPY*

Number 3 : Pour les Indiens, rien n’est jamais épicé.

Les plats sont jaunes, on remarque des dizaines de piments dans les gamelles, mais quand on pose la question fatale :
– « Is it spicy ? »
Ils nous répondent immanquablement en secouant la tête de gauche à droite (ce geste sera l’objet d’un prochain article tellement il y a à dire dessus) :
– « No no, not spicy »
Et toi, systématiquement, vingt minutes après, tu transpires à grosses gouttes, tu ne sais pas comment apaiser le feu de ta bouche et tu te demandes si un jour tu vas pouvoir t’habituer  à leur definition de « pas épicé »…

Number 4 : Nous n’avons pas la même définition de ce qui est socialement acceptable.

Nous nous expliquons : les gens, hommes, femmes et enfants (Mais quand même surtout les hommes) ont adopté une attitude qu’en France on appellerait le « lacher prise ».
Plus clairement, il est très courant qu’au cours d’une conversation avec un indien, on entende par inadvertance (ou pas) la douce mélodie d’un rot, d’un reniflement profond (avec raclement de gorge optionel), ou parfois même d’un pet. Voilà voilà…
Du coup la nuit dans des chambres communes, ça donne :
*bruit douteux*
– « Mais Ingrid c’est degueulaaaasse »
– « Je te promets, c’est pas moi… »
– « Ah… »

Mais on vous rassure, les indiennes ne font pas tout le temps aussi trash, souvent elles se contentent juste de discuter toute la nuit dans le dortoir, ou de ronfler bruyamment.

Number 5 : La cuillère, en option s’il vous plait.

Au même titre que le papier pour les toilettes (mais c’est quand même moins handicapant), la cuillère pour les repas peut être facultative. Les indiens se servent de leur main droite pour manger le contenu de leur assiette. Et comme nous on veut tout faire à l’indienne, ben on s’en fout partout, on se brûle les doigts (autant avec la chaleur, qu’avec les piments), et on finit toujours par appeler une cuillère au secours.

En vrai, il y a une technique : c’est de faire des boulettes, puis de les introduire proprement dans sa bouche. Mais nous n’avons pas encore réussi à assimiler l’adverbe « proprement » (ni « délicatement », ni « élégamment » non plus d’ailleurs) dans notre vocabulaire.

Jusqu’à maintenant, on retient une chose :
En Inde il faut pas se prendre la tête et se poser autant de questions que chez nous. Si tu ne portes pas de chaussures, t’es pas un hippy, t’es juste comme tout le monde, et t’as pas les pieds plus sales que n’importe qui d’autre.

Publicités

6 réflexions sur “Le papier c’est tricher

  1. J’ai adoré votre dernier article !!!! Les aussi mais…comment dire…comme je vous comprends ! Je m’entends encore dire dans les dortoirs : « Please, sisters, be quiet ! » Bavardes ces indiennes, encore plus la nuit ! ça m’a bcp amusée ! ;))
    Mille bisous tout doux ! ❤
    Theboss 😉

    • Ah ben la entre les tuberculeux et les concerts de sonneries toutes pourrites en plein milieu de la nuit, on est servies ! C’est bien, ca met a l’epreuve notre patience et notre tolerance aux bruits exterieurs… Et puis, on est tellement crevees le soir que rien ne nous empeche de dormir en fin de compte !!

  2. Merci les filles pour votre article sur le papier . Pour les lecteurs drolement amusant. On imagine les situations!Pour la découverte çà valait le déplacement. mais vous avez du courage ! Bises.

  3. Et pourquoi les indiens mangent toujours avec la main droite ? car la gauche est utilisée pour votre Number one !!!! J’espère que vous avez fait pareil 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s