Non, on ne dort pas bien dans un aéroport

On a fait la première bêtise de notre trip. Celle qui fait gagner de l’expérience de voyageur. Celle qu’il faut vivre pour se promettre de ne plus la commettre. Mais celle qui fait quand même bien bien CHIER.

Donc après 10 jours passés dans un petit coin de paradis à la périphérie de Chennai à méditer, sans vraiment s’être occupées du monde extérieur, nous partons la bouche en cœur en direction de l’aéroport dans la nuit et la touffeur indiennes pour notre premier vrai trip : le SRI LANKA. Un taxi viens nous chercher à 21h30 pour un vol à 00h40. Laaaaaaaaarge.

On a trouvé un bon deal, on s’est ressourcées et on est prêtes à attaquer l’aventure. On arrive au comptoir. Juste devant nous, trois français. On entend le premier râler car l’hôtesse lui demande la carte de crédit avec laquelle le billet a été reglé, or, c’est son ami Sri lankais qui a payé son billet. Impossible de le joindre au téléphone, il finit par taper du poing sur le comptoir de l’aéroport et attraper son vol.
En tendant l’oreille sur leur conversation, on comprend que les deux amies devant nous ont eu quelques complications sur le vol qu’elles devaient prendre la veille.
On arrive au comptoir, et face à l’épidémie d’emmerdes, on se demande ce qui va nous arriver à nous, et on parie sur le poids des bagages. On pose le premier sac sur le tapis roulant, on sort nos confirmations de réservations des billets, nos passeports qu’on ouvre à la bonne page histoire de tout faire bien, et l’hôtesse commence a taper machinalement sur son clavier. Un rictus déforme son visage. Aie ça ne présage rien de bien. Juliette a le cœur qui bat, Ingrid commence a avoir mal au ventre.
« Votre vol était le 3 Novembre. »
Ingrid se tourne vers Juliette :
« Ben oui on est en Novembre, merci… »
Et là :
« Votre vol était le 3 Novembre, à 00h40 »
« Ben oui on est le 3 Novembre… »
« Nan mais votre vol est parti ce matin. »
Et la, Ingrid se tourne vers Juliette, yeux écarquillés et bouche grande ouverte ; elle hésite entre fondre en larme et rigoler nerveusement. Juliette explose de rire.
Après s’être flagellées, insultées, traitées de boulets et d’incapables, on en vient à l’évidence :
Deux cerveaux, c’est pas assez, MEME avec un bac mention TB et un bac+5 avec mention. Non, le voyage requiert un autre type d’intelligence.
On vous explique, parce que nous on avait pas réalisé : en fait, quand on part le 3 à 00h40, ben c’est pas dans la nuit du 3 au 4, c’est dans la nuit du 2 au 3. CQ PUTAIN DE FD.

La boulette en cours de digestion, puisqu’on a stupidement raté notre vol, il nous faut quand même trouver un moyen d’arriver UN JOUR au Sri Lanka. Et maintenant qu’on est a l’aéroport, le plus tôt sera le mieux. On essaye de faire des yeux de pingouin a l’hôtesse qui malheureusement ne peut pas nous caser sur ce vol et nous explique qu’il nous faut reprendre un billet. Ouaiiiis ça tombe bien, on avait plein d’argent à dépenser !!!!
Donc nous voilà parties vers une agence de voyage en dehors de l’aéroport. Oui, sachez qu’à Chennai une fois que vous êtes rentrés dans l’aéroport, vous ne pouvez plus sortir, à moins d’être accompagné d’un agent de votre compagnie aérienne. Ça tombe mal, il y a une queue pas possible devant la notre. On s’arme de patience, un monsieur finit par nous accompagner et explique aux militaires équipés de lunettes de soleil (oui oui, c’est bien la nuit – c’est normal a Chennaiiiii) et leur kalashnikov pointée sur nous, que ces jolies demoiselles ici présentes ont fait une erreur qui, bien que stupide, arrive souvent. Ouf, le militaire se détend, il affiche meme un sourire (ou il s’est juste foutu de notre gueule), et nous laisse passer. On court vers la guérite de l’agence de voyage, on se fait une raison, de toute façons, on arrivera pas a avoir le vol de ce soir. On explique notre jolie histoire a l’agent de voyage qui ne cesse de rigoler. Tant mieux, au moins ça les fait rire… Il finit par nous dégoter un vol le lendemain à 9h25 moyennant quelques milliers de roupies.

Sauf que PROBLÈME. Les militaires aux entrées de l’aéroport filtrent les candidats : ils ne laissent entrer que les passagers dont les vols sont dans 3h maximum. Ok cool, il est 23h30, ce qui nous laisse grosso merdo 7h à attendre dans le chaud, la poussière et la pollution, avec un challenge de taille : fermer l’œil et se reposer.
On décide d’y aller au culot (de toutes façons c’est comme ça que ça marche), on sort notre plus beau combo accent-anglais-sourire-d’ange-papillonnement-des-cils et pouf, on se faufile easyyyy. C’est vachement pratique d’être une fille des fois (et la on se maudit d’avoir dit ça, parce que 20h plus tard, on faisait pas les malignes dans le train de nuit pour aller de Colombo à Anuradhapura) !

Donc nous voilà emmitouflées dans tous les vêtements chauds en notre possession (c’est à dire que dalle) pour survivre à l’air conditionné assassin de l’aéroport. D’ailleurs on a une théorie sur ça, on les suppute de baisser la température pour que les gens s’en aille plus vite, ou du moins pour les dissuader d’y passer la nuit. Mais en tous cas, les moustiques adorent et se sont bien régalés quand ils ont vu nos chevilles de voyageuses encore un peu dodues (mais pas pour longtemps, on flotte déjà dans nos fringues c’est une catastrophe). Au bout de quelques heures, on avait tellement mal au dos qu’on a décidé de se faire une petite cabane dans un coin histoire d’être un peu mieux calées. Mais ne vous y méprenez pas, on ne dort pas bien dans un aéroport.

IMG_2929.JPG

Sachez juste qu’au moment où on écrit cet article, cela fait 43h que nous n’avons pas dormi et 14h que nous n’avons pas mangé (et on attaque une nuit de sommeil, plus important qu’un ventre plein). Mais ce qui importe c’est que nous sommes dans un endroit au chaud avec un bon lit (et ça faisait déjà 2 semaines qu’on dormait sur le sol donc imaginez-vous le luxe). Bref, l’aventure commence bizarrement, mais d’un côté c’est drôle. C’est drôle de voir que plus grand chose ne nous atteint et que même dans des situations misérables, on arrive à trouver une solution rapidement sans paniquer. Aurait-on déjà adopté la philosophie des voyageurs ? Et bien ça y ressemble en tous cas 😀

Publicités

7 réflexions sur “Non, on ne dort pas bien dans un aéroport

  1. Hallo !!!!
    Ici la Terre et votre tonton Pierre,
    Salut les nièces « Indiennes »,
    Je suis votre parcours et vos péripéties avec assiduité sur votre blog.
    Je vois que les surprises et les aventures ne manquent pas mais le moral et l’improvisation doivent bien vous aider à continuer.
    Grosses bises de la région parisienne de toute la famille.

    • Coucou la famille parisienne !!!
      Il faut aussi dire que penser à ceux qu’on aime en France nous aide aussi à garder le moral :-). Et puis notre situation n’est pas la pire non plus : le Sri Lanka sous le ciel bleu nous fait endurer toutes les embûches.
      Gros bisous à tous ❤

  2. Salutations les filles de Sainte-Maxime,

    On se régale avec votre Blog! C’est devenu plus suivi que « The Voice » à la maison. Pascale, à chaque publication, impose une lecture « toute affaire cessante » et le coup du 00h40!!! Trop fort, me ramenant 30 ans en arrière pour EXACTEMENT la même bévue!

    L’avantage c’est que tu ne le refais JAMAIS (en principe) et que vous ferez toujours attention à présent à chaque fois qu’un horaire de départ frisera les une ou deux heures du Mat! Vous vous regarderez alors avec un sourire non dissimulé et un « rappelles moi la date déjà! MDR! Allez! excellente continuation et bon vent les filles – Olivier, Pascale, Luane, Flight et Bindy.

  3. Salut les filles,
    quel suspens ! On se demandait vraiment ce que l’hôtesse allait trouver !
    Vous avez un vrai talent pour nous faire partager vos aventures … qui peuvent être bien utiles à se remémorer !
    Nathalie de Tourrettes

    • Merci pour ces compliments Nath, on se rend compte qu’on n’a jamais voyagé de cette manière et qu’en tant que débutantes on a tellement à apprendre :-). Merci en tout cas pour tes conseils précieux prodigués avant le départ, ils nous accompagnent partout !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s