Le bouddhisme au Sri Lanka pour les nuls

Si vous êtes aussi nuls que nous en religion bouddhiste, cet article va (eu peu) vous éclairer.

Avant toute chose, il faut vous expliquer pourquoi on fait un article sur le bouddhisme au Sri Lanka, alors que dans l’imaginaire populaire ben c’est quand même le Tibet le pays des bouddhistes nan ?? Le Dalaï Lama, les monastères à flan de montagne et les drapeaux de prière sur les sommets enneigés, tout ça tout ça, bref, tout le monde a vu Sept ans au Tibet ou Kudun pas vrai ?

Mais en fait, c’est le Sri Lanka, ce tout petit pays pas très connu (en tout cas pas pour ça, le nom « Ceylan » évoquant davantage le thé, les épices ou encore les pierres précieuses) qui conserve la plus longue tradition bouddhiste de notre planète*.
En effet le bouddhisme est pratiqué ici dans sa branche la plus orthodoxe, puisque c’est celle du « Petit Véhicule », le Theravada, alors que dans les autres pays d’Asie et en Inde, la doctrine a évolué et s’est largement vulgarisée dans sa version dite du « Grand Véhicule », le Mahayana. [spéciale dédicace à LLCPM]. Non non c’est pas une histoire de code de la route ou de poids lourds, c’est juste le nom des deux grandes branches du bouddhisme pratique, aujourd’hui dans le monde !!

Le pays est donc composé en majorité de bouddhistes (70%), et les jours de pleine lune, sont scrupuleusement respectés et fêtés : c’est le poya. Ces jours là, qui sont considérés comme jours fériés (oui oui, vous avez bien compté, ils ont un jour férié par mois en fait… Et c’est sans compter les multiples autres fêtes religieuses au cours du reste de l’année ! Qui a dit que le calendrier français était le plus généreux en vacances ??), les commerces sont tous fermés (enfin on nous avait dit tous, mais c’est pas vraiment TOUS, ceux à vocation touristique sont malgré tout ouverts… Ralala que le tourisme et le commerce mènent la vie dure aux traditions !!), les enfants n’ont pas école et les familles se déplacent en masse dans les temples et stupas bouddhistes pour effectuer des processions, prier et faire des donations. On a d’ailleurs eu la chance de visiter notre premier site archéologique, à Anuradhapura, le jour juste avant la pleine lune, et le spectacle de ces centaines de personnes de tous âges habillées en blanc de la tête aux pieds, faisant ainsi ressortir leur couleur de peau foncée était juste magique. Ils achètent en bas des stupas (que l’on peut aussi appeler dagobas ici) dans des petites échoppes des fleurs fraîches qu’ils déposent sur des petits autels devant des représentations de Bouddha, tantôt couché, tantôt assis, les yeux ouverts ou mis-clos. Ils y font également brûler des bâtons d’encens qui donnent une odeur particulière, à la fois chaude, épicée mais somme toute agréable à ces endroits, qui, même si nous ne pratiquons pas le bouddhisme sont fortement emprunts de spiritualité, il faut le reconnaître !! Enfin, dans la matinée, ils font circuler un immeeeeeense lé de tissu en chantonnant des prières tout autour du stupa, qu’ils accrochent ensuite sur sa paroi pour la décorer et casser la peinture monotone blanche qui enveloppe l’extérieur des briques rouges de la construction. C’est tout en même temps intriguant, émouvant, fascinant et enrichissant. Découvrir cette culture et ses traditions dans le pays est une chance inouïe, et ce moment sacré complètement nouveau pour nous nous a plongées directement dans le cœur du sujet !! Les routards croisés nous ont tous prévenues que les temples allaient être un des fils rouges de notre voyage asiatique !! Notre petit doigt nous dit donc que nous en reparlerons souvent !

IMG_3437.JPG

IMG_4278.JPG

Il est aussi très fréquent, voire complètement habituel de croiser des moines en robes safran ou bordeaux qui se baladent dans les rues avec leur petit sac assorti et leur ombrelle pour se protéger du soleil. Ceux que nous avons croisés sont également de tous âges !! Il y a des jeunes garçons, des adolescents, des adultes et des moines vraiment très vieux !! Ils ont tous le crâne rasé en signe de renoncement et on a appris que la teinte orange safranée de leur tenue rappelle qu’autrefois il récupérait les linceuls autour des morts pour se vêtir. Les germes qui s’étaient alors développés sur le tissu donnaient cette couleur particulière à leur accoutrement. Lors de poya, on a remarqué que beaucoup de fidèles apportaient en offrande un drôle de paquetage : un paquet de forme carré avec du tissu à la base, et comme une sorte de casque posé sur le dessus, le tout empaqueté dans un plastique genre cellophane orange sécurisé à la ficelle. On comprendra plus tard au musée bouddhiste de Dambulla que c’est une offrande habituelle des bouddhistes : le paquet contient en effet les 8 éléments symbolisant la vie d’un moine (la double robe, la robe simple, la veste, la ceinture, un nécessaire à couture composé d’une aiguille et de fil, un rasoir et un bol) et avec lesquels il s’engage à vivre, puisque le reste n’est que superflu. Dans la culture bouddhiste, le moine est en effet un mendiant qui vit de l’aumône et de la générosité des gens. Il ne possède rien, dort et mange dans des ashrams qui foisonnent sur le bord des routes, se déplace gratuitement et passe une grande partie de son temps à pèleriner, méditer ou prier. Contrairement aux religions chrétiennes, juive ou musulmane, le moine ne fait en aucun cas le lien entre les fidèles et Dieu, comme pourrait le faire le prêtre, le rabbin ou l’imam, c’est seulement une personne qui a choisi de vivre dans l’ascèse et avec le strict minimum matériel, de dédier sa vie à la spiritualité, en espérant ainsi atteindre le nirvâna pour rompre enfin avec le cycle infini des réincarnations successives. Il existe même des moines femmes (whaaaaaat ? > enfin une religion un peu moins machiste que les autres !!).

IMG_4267.JPG

Une des premières règles que nous avons appris lors de nos visites dans les temples et les dagobas est qu’il ne faut en aucun cas tourner le dos au une représentation de Bouddha. C’est ce que nous a expliqué le réceptionniste de notre première guesthouse, qui a été moine deux ans durant, lorsqu’il avait 19 ans, donc il sait de quoi il parle. Tourner le dos à Bouddha, en particulier pour se faire photographier devant lui est considéré comme particulièrement malpoli, ce serait l’équivalent nous explique-t-il, de montrer ses fesses à sa maman. Et apparemment il faut prendre cette consigne très au sérieux : les premiers français que nous avons rencontrés sur la route nous racontent que la seule fois où ils ont sciemment tourné le dos à Bouddha pour un cliché, l’écran du téléphone du jeune homme s’est mystérieusement brisé dans son sac à dos, sans qu’il n’y ait eu d’impact, c’est en le sortant de la poche intérieur qu’il s’en est rendu compte ! Est ce le karma qui s’exprime en vengeant l’affront fait à Bouddha ? Pour les photos souvenirs donc, l’astuce est de se positionner de 3/4, pas complètement retourné (un peu comme au théâtre, où la première règle est de ne jamais tourner le dos au public…), légèrement en biais pour sembler être en face de l’objectif mais sans pour autant que Bouddha ait une vue imprenable sur votre derrière. Si vous voulez suivre scrupuleusement cette règle, vous vous retrouverez sans doute quelques fois comme nous dans des situations un peu comiques où vous vous appliquerez à quitter un temple par un minuscule couloir bas de plafond, sombre et en double sens, en marchant à reculons en tournant la tête de temps en temps pour voir là où vous marchez mais jamais le reste de votre corps, de peur de vous transformer en cafard dans une prochaine vie selon les souhaits de Bouddha !!

IMG_4260.JPG

Voilà, ce cours de bouddhisme pour débutant est désormais fini, mais il en présage d’autres tant la culture bouddhiste est riche et totalement nouvelle pour nous.

*Info lue dans le Routard, on espère qu’ils disent la vérité, sinon on aura l’air drôlement con !

Publicités

5 réflexions sur “Le bouddhisme au Sri Lanka pour les nuls

  1. C’est toujours rafraichissant de vous lire… Je me régale!!!quelle merveilleuse photo de boudha, automatiquement, nous avons envie de nous prosterner… A tout bientôt de vous lire

  2. Ben vous m’avez appris des choses sur le Bouddhisme ! Savais pas pour le dos tourné à Bouddha, et je n’ai pas respecté cette règle lors de mes visites de temples. C’est peut être pour cela que Lucas perd toujours ses téléphones…

  3. Pingback: Le Bouddhisme en Thaïlande | Le ridicule ne tue pas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s