Yala yalaaaaaaaaa

{« Yala ! » est une expression nord-africaine courante que l’on utilise pour mobiliser ou motiver un groupe de personnes… C’est l’équivalent de notre « Alleeeeeez ! » ou « En avant ! »}

Il y a quelques jours, on a vécu notre premier safari. Comment ça un safari ? C’est pas que en Afrique ? Ben non ! En fait y a des safaris un peu partout dans le monde, il suffit qu’il y ait un parc et des animaux cool qui y vivent et hop le tour est joué !

Il existe plusieurs parcs sur la petite île du Sri Lanka, ainsi que des réserves naturelles, mais après s’être baladé dans la réserve d’Horton Plains (où se situe le pic d’Adam), nous avons choisi de visiter le parc national de Yala, qui se situe au sud-est de l’île. 97500 hectares bordés par l’océan indien, tout le monde nous dit que c’est au Yala National Park que l’on peut voir le plus grand nombre d’animaux. Cela a suffi à nous convaincre, on décide de sortir de nos montagnes fraîches pour rejoindre la côte sud par l’est, se retrouver en fin d’après midi dans la ville de Tissamaharama (que l’on abrège en « Tissa »), qui se situe aux portes du parc, et partir dès l’aube le lendemain pour une découverte de la flore et de la faune.

Tout le monde ou presque nous proposera un safari dès la sortie du bus qui nous dépose en ville. La recette est quasiment toujours la même : une jeep de safari plus ou moins confortable (et il vaut mieux qu’elle le soit, si tu veux pas t’engourdir le coccyx pendant les 7h de tape-cul sur les pistes du parc…), l’entrée au parc, un petit déjeuner et la promesse d’apercevoir quelques uns des éléphants, léopards, buffles, biches, chacals, crocodiles, mangoustes, lézards, serpents, oiseaux et insectes qui peuplent cet immense parc. Sa devise : « It,s not about the big 5, it’s about the 5000 we have ! » (Ce qui importe ce n’est pas les « Big 5 » – référence aux célèbres mammifères de la savane africaine : lion, léopard, éléphant, rhinocéros et buffle -, mais les 5000 animaux que nous abritons).

Nous, on décide de demander à notre guesthouse, en espérant négocier le prix de la chambre et celui du safari ! On hésite entre la formule de 5h et celle de 7h, et puis on se dit que pour quelques roupies de plus, 2h de rab nous permettront certainement de voir davantage d’animaux. Et quitte à vivre un safari, autant le faire correctement et mettre toutes les chances de son côté pas vrai ? On se décide donc pour 7h de découverte d’une flore et d’une faune totalement inconnues et alléchantes !
Départ alors qu’il fait encore nuit (4h45 quand même… Qui a dit que les vacances étaient synonymes de repos ?… Pas grave, les animaux le valent bien et on se rattrapera en siestant dans le bus après), pour aller à la rencontre des animaux au lever du soleil qui profitent de la fraîcheur du matin pour se désaltérer et se nourrir avant que le soleil ne devienne trop agressif. Notre jeep est hyper confortable (c’est vraiment trop génial une jeep de safari), nos compagnons de safari, 3 jeunes Basques, super sympas, et aujourd’hui c’est le patron de la guesthouse, Tissa, un monsieur hyper gentil et souriant qui a la réputation de connaître le parc et ses habitants comme personne, qui nous accompagne. Il s’assoie avec nous à l’arrière de la jeep, pendant que le chauffeur nous fait rouler habilement sur les pistes pleines de culs de poule (mais nooooon, c’est pas vraiment des poules, c’est des trous dans la route !!). Tissa est à la hauteur de sa réputation : il connaît le parc comme sa poche, et aussitôt à l’intérieur, il se détache du cortège de près de 150 jeeps qui nous entourent pour emprunter une piste à l’écart qui se faufile loin de la route principale ! Et cette audace paye puisque nous apercevons très vite des chacals, des mangoustes, des buffles, des biches, des dizaines de paons, de junglefowls (l’oiseau national srilankais), et d’autres oiseaux absolument incroyables et de couleurs différentes ! Et là, alors qu’on est tous occupés à admirer un chacal qui court devant nous juste sur la route, Ingrid ne peut s’empêcher d’agripper le bras de Juliette en criant « Haaaaaaaaaan Juliette, un léopard !!!!! », hésitant entre le cri du coeur fort et le chuchotement du « je suis contente et je veux hurler mais j’ai peur que le bruit le fasse fuir ». Juliette la regarde avec les yeux de l’amour en s’écriant « Où ça ??? Ah oui juste là !! Chatooooon !! » En fait, on comprend que le chacal traçait sa route parce qu’il se faisait pister par le léopard… Et ben, lui on peut dire qu’il a sauvé sa vie aujourd’hui ! Le léopard, quant à lui, serein et sur de lui, s’allonge tranquillement au milieu de la route à quelques mètres de la jeep dont le chauffeur a pris soin de couper le moteur pour ne pas faire de bruit, pour nous offrir le plus génial des spectacles. On aperçoit son ventre douillet et tout tacheté et sa queue longue et gracieuse qui s’agite calmement. Bientôt, il est rejoint par un second léopard, et tout le monde (même Tissa) dégaine son appareil photo pour immortaliser ce scénario dont on nous expliquera après qu’il est vraiment rarissime (la plupart du temps, quand on voit un léopard, il est loin, en train de dormir sur une branche d’arbre). On n’entend que le clic des objectifs et le chant des oiseaux, dans un décor de rêve ! Puis les deux léopards se lèvent et rejoignent tranquillement une clairière pour disparaître derrière les feuillages. Plus tard, on en apercevra d’autres mais beaucoup moins bien et dans des circonstances bien moins privilégiées… En tout et pour tout, on aura croisé 7 léopards dans la matinée, sur une population totale de 30 dans le parc entier (c’est un bon ratio non ????), alors qu’on pensait ne voir « que » des éléphants !!
Ensuite on déjeune au milieu des crocodiles et des buffles, pendant que notre super guide encore tout ému d’avoir immortalisé cette rencontre féline avec son objectif « super zoom » nous explique la chaîne alimentaire du parc : qui mange quoi, qui a peur de qui, qui sont les plus forts, les plus rapides, les moins farouches, les plus nombreux (nous, on retiendra que les léopards sont les plus craints mais AUSSI les plus beaux 😀 !!).
Puis ce ne sera qu’une succession de paysages magiques, d’oiseaux colorés, de bébêtes rigolotes et d’animaux sauvages. C’est vraiment extraordinaire de pouvoir voir tout ce petit monde évoluer dans son milieu naturel. Rien au voir avec un zoo ou un muséum, ce moment est magique !
Le temps passe vite mais sur la fin, on réussit à croiser deux éléphants : on en avait croisé dans les sites touristiques juste avant, mais ils étaient enchaînés et ne servaient qu’à balader des touristes avides d’exotisme et vraiment très stupides selon nous ! On a bien fait de rallonger le safari de 2h, ça nous aurait fait manquer les pachydermes qui broutent tranquillement l’herbe sous le regard étonnés des 7 passagers de la voiture.

Maintenant, assez de blabla, voilà les images !!

IMG_4566.JPG

IMG_4572.JPG

IMG_4582.JPG

IMG_4590.JPG

IMG_4608.JPG

IMG_4593.JPG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s