Rien ne rend plus intelligent que le voyage

Un mec a dit ça un jour… On ne se rappelle plus qui, mais on l’a lu sur un calendrier. Vous savez les genres de calendriers que la FNAC vend partout aux alentours des fêtes de fin d’année avec une page par jour qu’il faut tourner, sur laquelle il y a la photo d’un paysage magnifique, la date et une citation. En tombant dessus, on s’est dit que c’était rigolo et plutôt un bon présage.

Elle est restée dans un coin de nos têtes, et on pense qu’il est maintenant temps de revenir dessus pour vous dire ce qu’on en pense.
On sait pas si « intelligent » c’est vraiment le terme, parce que c’est difficile de définir ce qu’est l’intelligence. On dirait plutôt que le voyage ça fait réfléchir. Mais pas genre réfléchir « comment je j’ai m’habiller demain », « c’est quoi son nom de famille déjà ? » « 7 fois 8 ça fait combien ? » !! C’est plus une réflexion sur toi, sur la vie, ton rapport au monde avec tout ce que le mot monde englobe : la nature, l’environnement, les êtres vivants, les humains, la nourriture, l’argent, la culture, les traditions, la morale, la liberté, enfin plein de concepts super variés, dont certains que tu étudies en philo pour le bac et que tu trouves pourtant rébarbatifs, jusqu’à ce que tu te rendes compte que ça fait partie de ta vie et de ton quotidien et que si t’es un minimum intéressé, ils te font poser plein de questions.

Bref, trêve de divagations philosophiques, il faut vous dire pourquoi on a ressenti le besoin et décidé d’écrire à ce sujet.
Après avoir passé 3 semaines au Sri Lanka, un petit îlot de paradis où tout était propre, calme, les gens gentils et chaleureux, on s’est retrouvées larguées à 5h du matin a l’aéroport de Chennai, une ville de plusieurs millions d’habitants dans la nuit moite et inquiétante. Donc en gros, on passe du monde des bisounours ou on fait de la bicyclette et on mange de l’ananas toute la journée à un pays de plus d’un milliard et demi d’habitants où l’individu existe autant que la pudeur et la retenue : l’Inde.

Et là, on peut vous assurer que c’est e qu’on appelle « UN CHOC CULTUREL ». On découvre des centaines de personnes qui dorment sur les trottoirs, des cadavres de chiens raides dans les caniveaux, des gens qui se lavent les dents en pleine rue, des vaches et des hommes qui mangent dans les poubelles… En fait, on fait l’expérience de l’Inde et on comprend toutes les mises en garde que nos proches nous ont faites à son sujet. On fait l’expérience de la vie en mode accéléré et on comprend que notre vie en France, celle qu’on a quittée, ce n’est pas la vraie vie, pas celle de la majorité des habitants de être planète en tout cas…

Ce voyage nous confronte à des choses que nous n’avions pas imaginées, les meilleures comme les pires, mais c’est tant mieux, parce que c’est ce que nous voulions. Certes, on ne s’attendait pas a ça, pas à TOUT ÇA on veut dire, mais le but principal de ces 8 mois était quand même de nous ouvrir l’esprit et de nous faire côtoyer l’inconnu : pour développer notre tolérance, notre instinct, notre patience, notre assurance, notre confiance, notre résistance, notre compassion, notre sociabilité et notre organisation. La première chose que nous avons apprise quand nous sommes parties, c’est que quand tu voyages, la seule chose à laquelle tu obéis c’est ton instinct. C’est la seule science exacte qui soit. C’est lui qui nous guide dans toutes les situations. Et quand on ne le suit pas, on le regrette très vite et on se met en danger.

Le voyage met à l’épreuve nos égos, mais aussi, il faut le préciser, nos liens en tant que sœurs. Parce qu’on est quand même deux soeurs de 8 ans de différence, et on a choisi de vivre 8 mois ensemble dans des conditions pour le moins inhabituelles. On s’est demandées plusieurs fois si cette expérience allait affecter notre relation, en bien ou en mal, mais pour l’instant on est d’accord pour affirmer que ça nous a rapprochées et que voyager ensemble n’est pas du tout un problème. Au contraire, ça nous fait nous sentir pas loin de chez nous. Souvent les backpackeurs voyagent en couple ou en amis, nous on a choisi de le faire en famille, et même si c’est rare, on pense que c’est une super décision parce que c’est comme garder toujours pas loin un petit quelque chose de familier, un point d’attache qui te donne le sourire parce qu’il te fait te sentir à la maison même à l’autre bout du monde. Quand le moral n’est pas au meilleur fixe, il te suffit de tourner la tête pour te réconforter et penser à tous les chouettes souvenirs que ta sœur te rappelle. Ta sœur a toujours un geste affectueux ou un mot gentil qui te redonne immédiatement le sourire et qui te réchauffe le cœur, et hop, les tracas s’envolent tout doucement, parce que tu te dis que tu n’es pas seule et que quoiqu’il arrive t’es avec elle et c’est ça qui compte. Dans le pays probablement le plus spirituel du monde, où on te parle de réincarnation et de karma, on est presque certaines d’une chose : on s’est connues dans une vie antérieure, voire dans plusieurs, et on a été sûrement meilleures amies dans une de ces autres vies. Voyager avec sa sœur c’est un peu comme voyager avec sa meilleure amie, mais en mieux parce que tu as du sang en commun et tu partages les souvenirs d’une vie qui font que personne ne te connait mieux qu’elle.

Une chose est sûre donc, le voyage transforme, il te change toi, ton point de vue sur absolument tout et il ouvre l’esprit à un point que tu ignores tant que tu n’en as pas fait l’expérience. Nous ne sommes pas des aventurières nées, le genre de personne qui ne tient pas en place et qui ne peut s’empêcher de rester à un endroit, qui a besoin de partir tout le temps. On le réalise parce qu’on est très heureuses de vivre cette expérience folle, mais on est autant heureuses de savoir qu’elle a une fin.
Ingrid aime son foyer, son nid douillet ses repères et son confort, sa cuisine, son amoureux et sa garde robe lui manquent par dessus tout, quant à Juliette, elle a hâte de retrouver son environnement, ses amours et son chaton, de déguster son lait d’amande aux dattes au petit déjeuner et de pouvoir admirer les couchers de soleil si familiers sur la Mer Méditerranée depuis le balcon de la maison tout en faisant des expériences photographiques.

Nous n’avons pas soif de liberté, nous avons soif de connaissance, d’expérience et d’apprentissage. La liberté, ce n’est pas le fait de partir loin de chez soi et de fuir les contraintes et les attaches. Pour nous, la liberté c’est le fait de se dire que tout est possible, que le monde est à portée de main et qu’il a tout un tas de choses à nous enseigner à son propos et surtout à notre propos. On peut se sentir libre chez soi, car la liberté c’est un état d’esprit, ça se passe un peu là haut, dans la tête, et sans doute beaucoup dans le cœur ; le voyage conditionne et accélère certes l’apprentissage parce qu’il te fait comprendre ça très vite, mais tu n’as pas besoin d’être loin de chez toi pour te sentir libre, juste de te sentir libre dans ton cœur !

La liberté n’est pas une condition du corps, c’est une condition du cœur (on est même sûres que tous les grands penseurs qui ont été à un moment privés de leur liberté physique par l’emprisonnement, citons Mandela, Gandhi ou encore MLK, qui pourraient vous l’affirmer) et c’est ce que ces premiers mois de voyage nous ont fait comprendre, parfois douloureusement, mais pour notre plus grand bonheur !

On comprend enfin le sens de ce dont notre maman nous parle depuis longtemps : l’intelligence du coeur.

Nous ne pouvons vous donner de meilleur conseil que de celui de voyager, car le voyage développe l’intelligence, entre autres choses, mais pas que… À vous de le découvrir !

Publicités

6 réflexions sur “Rien ne rend plus intelligent que le voyage

  1. Ingrid Juliette
    Il est tard ce jour de noel et ce que je viens de lire me bouleverse énormément ; votre lucidité votre sensibilité votre courage vos apprentissages déjà si importants je n ai qu un mot respect !
    Votre relation entre sœurs est si bien racontée si belle je la comprend si bien ! Quelles belles et bonnes personnes vous êtes mais lorsque l on connaît vos parents vous ne pouviez être différentes ! Je vous embrasse très fort Nicole

  2. Inutile de vous dire que je suis fière de vous… Et je revendique mon manque d’objectivité !
    On en redemande.
    Vivement d’autres aventures, d’autres pays.
    Je vous aime.
    Mam’O

  3. A toute la famille ! J’ai beaucoup pensé à tous les cinq qui avaient partagé Noël à l’autre bout du monde en venant d’endroit différents. Je suis certaine que vous profitez pleinement, et que de toute façon, tout les cinq, vous tirez profit et tirerez profit, d’une telle expérience, réfléchie et aboutie. Votre réflexion est magnifique. Il faudrait que votre prof de philosophie puisse la lire. Je suis certaine qu’elle serait très fière des petites graines qu’elle a semées et qui sont en train de donner leurs fruits. Chaque fois que je vous lis je suis très émue : je suis assez en phase avec vous mais je ne l’aurais jamais aussi bien écrit !!! Voyager, cela rend plus intelligent…sur soi-même. C’est avant tout la découverte de soi puisqu’on est confronté à la « primauté » en permanence ! Un gros bisou à tous les cinq de notre vieux continent trop tourné vers lui-même ! BIsous à tous les cinq !
    Nathalie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s