James Bond Girls

[Vous comprendrez plus tard dans l’article le pourquoi du comment de ce titre]

Quand on tape « Thaïlande » dans Google images, on tombe sur un paysage en particulier qui fait rêver plus d’un internaute… Celui qui a servi de décor au tournage d’un épisode de James Bond, l’homme au pistolet d’or !

Sauf que voilà, qui dit paysage de ouf, dit forcément monde de ouf dans ledit paysage. Et à cette période de l’année, les touristes chinois, coréen et japonais sont trèèèèès présents. Non non, pardon, en fait, ils sont présents TOUT LE TEMPS. Mais comme ils sont nombreux et comment dire… Assez remarquables, on ne voit qu’eux ! C’est pas pour critiquer, mais vraiment, les touristes asiatiques ont une façon assez curieuse de voyager : seulement en tour organisé déjà, donc ils débarquent par bus de 30/40 personnes multipliés par 20 bus parfois (on vous raconte pas la queue aux toilettes… Parce qu’il faut savoir que c’est une des premières choses qu’ils font, aller aux toilettes !), ils sont en général vêtus comme s’ils montaient le tapis rouge du festival de Cannes, ou alors couverts de la tête aux pieds pour se protéger du soleil (tout est utile : parapluie, cagoule, gants, collants, kway, manches amovibles…), et le but lorsqu’ils sont sur un site, même le plus archéologique et chargé d’histoire qui existe, ce n’est absolument pas de le comprendre, le déchiffrer ou le ressentir, non non non !! C’est simplement de trouver l’endroit, THE PLACE, où se faire prendre en photo. En selfie avec leur iPhone dernier cri accroché au bout d’une perche en métal ou par un proche avec un appareil réflexe tout aussi neuf dont l’objectif est démesurément long et large (sûrement pour compenser un truc… À tous les coups c’est freudien cette histoire !), le challenge est de trouver la lumière, la pause et le décor parfaits ! On ne vois raconte pas le nombre de fois où on a du se faire violence pour s’empêcher de gâcher leur photo en faisant des photobombs (bon on avoue, parfois souvent on en a faits, ça nous démangeait trop !)

Bref, tout ça pour dire que nous, un peu égoïstes, on ne voulait pas partager cet endroit avec beaucoup de monde, on voulait le découvrir comme si on était seules sur place, avec les sentiments agréablement mélangés de l’exploration et de l’inédit !

Cela excluait donc par avance de passer par une agence en ville qui vend cette excursion hors de prix ! La solution : nous débrouiller par nous mêmes pour trouver une embarcation privée dont le chauffeur voudrait bien se réveiller a l’aube avant que les flots de touristes ne se déversent aux embarcadères, et nous emmène dans la baie pour visiter.

On arrive donc la veille sur place, avec la ferme intention de loger le plus près possible du départ pour partir au plus tôt le lendemain matin. On pose donc nos sacs dans le bungalow du parc national de Phang Nga gardé par des Rangers en uniformes imprimés camouflage. Et on part à l’assaut des environs à la recherche d’un bateau pour le lendemain.
On rentre dans le centre d’interprétation du parc national et après discussion avec la dame qui s’occupe de l’accueil des visiteurs, on comprend qu’il est tout à fait possible ET facile de visiter la baie par soi-même, sans passer par une agence, c’est même d’ailleurs préférable car moins cher et plus pratique ! OUF !! On traverse la route pour se diriger vers le premier embarcadère en face de nous et on rencontre un monsieur qui parle super bien anglais et qui se présente comme le Big Boss des bateaux… Il n’a pas beaucoup de dents dans la bouche mais il est habillé en jean chemise et vu comment il gère les arrivées et départs de bateaux, il emblématiques être bien dans la place !

On lui demande donc s’il a un bateau pour le lendemain et nous propose de partager celui déjà prévu qui part à 9h. Puis, à la vue de nos têtes dépitées nous propose un départ plus matinal mais pour une somme un peu plus élevée puisque c’est une embarcation privée. Peu importe, on veut vraiment y être pour le lever du soleil et croiser le moins de monde possible. Réservation faite, rendez-vous pris à 6h30 le lendemain, il nous propose même de venir nous chercher à la porte de notre bungalow aux aurores : parfait !

Puis, 10 minutes plus tard, en continuant notre balade, on croise un couple de Toulousains qui cherche comme nous à embarquer en privé. On leur propose alors de partager notre plan, ce qu’ils acceptent, ça fera un peu baisser la facture et c’est sympa de vivre ça avec des compatriotes 🙂 !

On se couche tôt (de toute façon l’endroit est complètement désert après la tombée de la nuit… Il ne vit que la journée au rythme des visiteurs !), en priant pour que le beau temps soit au RDV.

Le lendemain, le Boss est à l’heure, le bateau aussi, on embarque au milieu de la mangrove alors que le soleil n’a pas encre dépassé la cime des arbres. Au total, une balade d’environ 3h sur l’eau s’annonce !

On commence par avancer lentement dans des eaux calmes, on ne croise que les pêcheurs locaux qui se sont levés à l’aube pour attraper quelques poissons. Autrefois sous la surface, vivait la plus grosse espèce de crocodile au monde : le gavial. La forêt de mangrove en était infesté, parait-il, mais nous, on n’en pas croisé un seul !

Cheveux au vent, le visage éclaboussé par les embruns que les clapotis nous envoient, ça nous rafraîchit de bon matin. On ferme la bouche pour ne pas ingurgiter de miasmes (on n’est jamais trop prudentes en ce qui concerne les amibes dans les pays d’Asie hein…), mais on ouvre les yeux pour en prendre plein les mirettes !

IMG_9598

IMG_9624

On avance dans la baie alors que le soleil commence à poindre à l’horizon au dessus de l’eau et le spectacle des arbres à marée montante est assez rigolo. Le niveau de l’eau est tellement bas que leurs racines sont à l’air libre. Les marées successives ont dessiné une très nette démarcation dans la végétation et sur les rochers : si ce paysage était une toile (et on dirait vraiment une œuvre d’art), on pourrait croire si quelqu’un l’a faite tremper dans l’eau pour en effacer la couleur à la base, comme si l’eau avait enlevé la peinture !

IMG_9638

Le décor est tout simplement magique, la lumière est sublime, Juliette n’arrête pas de mitrailler et Ingrid n’en croit pas ses yeux. C’est la première fois que nous voyons un paysage comme celui-là : une multitude d’énormes formations calcaires qui tombent à pic dans l’eau. On réalise une fois de plus que le spectacle de ce que la nature a à nous offrir est vraiment incroyable. Les couleurs sont surprenantes : le bleu de l’eau, le rosé du ciel, le vert des arbres au plus près de l’eau, la roche blanche et grise recouverte de végétation aux tons automnales d’orange, de rouge et de marron. C’EST JUSTE TROP BEAU !

IMG_9684

IMG_9630

On s’approche ensuite d’une falaise et le chauffeur nous fait comprendre que ce qu’il y a à voir se trouve au dessus de nos têtes. On lève les yeux et là BIM, des peintures rupestres vieilles d’environ 3000 ans recouvrent un morceau de la paroi. Ça ressemble drôlement aux peintures pariétales des grottes du sud-ouest de la France, le même trait naïf et cette couleur un peu ocre bordeaux. Mais les motifs sont différents ici, le thème est plus maritime ! On voit clairement des personnages (dont l’esthétique ressemble un peu à certaines gravures de la Vallée des Merveilles), mais aussi des poissons, comme un genre de dauphin, et on distingue des formes de bateaux.

IMG_9642

On continue d’avancer et on arrive devant un tunnel formé sous un énorme rocher. C’est ce qu’on appelle une arche marine : on y passe dessous en long tail boat à marée basse. Le soleil commence à monter dans le ciel, on l’aperçoit de l’autre côté du rocher, et le couple de touristes en pirogue qu’on croise juste devant nous rend la vue encore plus photogénique ! Ce sont les seuls « farangs » (c’est comme ça que les Thaïs appellent les étrangers) qu’on croisera de la matinée, c’est vous dire à quel point on s’est senties privilégiées sur l’eau pendant ces 3h. On passe encore quelques minutes à observer le menton en l’air les concrétions formées sur la roche par le temps et on teste les échos en criant des trucs à voix plus ou moins haute.

IMG_9709

On poursuit notre navigation en direction cette fois de la célèbre île de James Bond, la James Bond Island comme elle est appelée ici. En fait, ce sont deux îles : la première, Ko Tapoo, n’est qu’un bloc qui s’est détaché de l’île principale à cause de la marée. Il a dérivé pour s’enfoncer quelques mètres plus loin et s’ancrer au milieu de la plage. C’est le célèbre rocher très haut que l’on voit sur un tas de photos (dont celle affichée dans le garage de nos grands-parents paternels depuis toutes petites !). Sa base est ultra fine, environ 3 fois plus fine que son diamètre maximum, mais il se tient là, solitaire et fier de vivre sa vie face à sa grande sœur. Cette dernière s’appelle Ko Ping Gan et a été en 1974 le lieu de tournage d’un épisode de James Bond, L’homme au pistolet d’or, en tant que repère du méchant Scaramanga. Sur cette île qui n’est en fait pas très grande, il n’y pas grand intérêt à part la plage formée de milliers de bris de coquillages (parmi lesquels on a quand même trouvé quelques entiers…) et un sorte de grotte graphique. Là encore un morceau du rocher s’est détaché et a glissé dans une fissure très lisse et immense, et, alors que la base est venue s’enfoncer dans le sol, le sommet repose encore des dizaines de mètres plus haut.
Là encore nous sommes les seuls à nous balader, mis à part les gardiens du parc qui se réveillent pour commencer leur journée. Même les marchands de stands pour touristes n’ont pas ouvert leurs guérites !

IMG_9754

IMG_9767

Deux heures se sont déjà écoulées, il est temps de prendre le chemin du retour. Sur la route, on s’arrête une dernière fois dans le village de Ko Panyee, aussi appelée Gypsie Village. Des habitants sot surnommées les Gitans de la mer, et font partie d’une grande communauté musulmane du sud de la Thaïlande, qui ne vit historiquement que de la pêche, et par conséquent qu’à proximité de l’océan. Ko Panyee s’est construit à flan de rocher au milieu de la baie, aujourd’hui c’est davantage une ville qu’un village (on a vu des villas luxueuses et suréquipées sur le modèle occidental), mais construite sur des pilotis. Bon soyons honnêtes, les pilotis sont des grands piliers en béton, parpaings et armatures en métal et les habitants ont construit un stade flottant juste a côté de l’école, ainsi qu’une mosquée et les habitants vivent plus du tourisme et de la location de décor pour les films (voir par exemple le deuxième Bridget Jones de la saga, l’Âge de Raison) que de la vente de poissons !
Mais c’est quand même un mode de vie assez curieux et s’y balader le matin tôt nous a permis de vivre des tranches de vie avec les habitants, certainement impossibles à partager en pleine journée : la préparation des enfants avant de se rendre à l’école, le marchand ambulant de petit-déjeuner, la sortie de la prière ou encore les étirements et le câlinage des chats qui, chose surprenante, sont nombreux, sur ce village suspendu au dessus de l’eau.

IMG_9653

IMG_9662

En revenant vers l’embarcadère, on commence à apercevoir du monde qui fait le chemin inverse, heureusement qu’on a pris autant d’avance, parce qu’à part la pirogue du tunnel, on aura pas croisé un chat… (Enfin, façon de parler hein !! On aura croisé plus de chats que d’humains en vrai… Mais c’est une expression !!).

Le Monde appartient a ceux qui se lèvent tôt, dit la phrase populaire. On ne sait pas si c’est vrai pour le Monde, mais en tout cas ça s’est vérifié pour la Baie de Phang-Nga ce jour là ! :D. Et ça doit aussi l’être pour n’importe quel endroit touristique prisé…

[Ceci n’était pas un communiqué de l’association des parents d’ados qui en ont marre que leur progéniture fasse la grasse mat’. ]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s