…Le retour !!

Oui, c’est vrai, on avait un peu disparu de cet endroit virtuel qu’est ce super blog.

On s’est astreintes durant 5 mois et 1 semaine à l’alimenter hyper régulièrement pour vous raconter nos péripéties quasiment au jour le jour (on écrivait dans les bus – et Dieu sait qu’on en a pris des bus… -, sur les terrasses de resto, dans les chambres de nos guesthouses, sur les banquettes des aéroports – et même parfois par terre, installées à même le sol -, sur nos serviettes de plage, bref un peu partout !).
Mais il faut l’avouer, après notre retour, on a un peu décroché et lâchement laissé tomber la rédaction : il faut dire aussi que, paradoxalement, les moments de « creux » pendant lesquels il était facile d’écrire à l’autre bout du Monde, sont beaucoup moins nombreux dans la vie quotidienne. Lorsqu’on est en vacances, il est en fait plus facile de s’aménager une plage horaire dans la journée pendant laquelle s’atteler à une tâche en particulier, un peu comme les enfants qui s’appliquent, plus ou moins contraints, à remplir une page de leur cahier de devoirs de vacances, et ce tous les matins de juillet et août !
Et puis, aussi, il s’est passé pas mal de choses depuis la fin de ce voyage : le temps de retrouver tout le monde, d’aller rendre visite à nos proches, de faire des surprises aux uns et aux autres, d’accueillir un ami indien pour lui faire à notre tour découvrir la vie ici, de candidater dans un IUT pour Juliette, de chercher un boulot pour Ingrid, la vie commençait peu à peu à reprendre son cours tranquille… 

Mais ce répis a été de courte durée, car les Delory n’ont pas vraiment l’habitude de rester tranquilles et n’aiment pas s’ennuyer ! Quasiment aussitôt rentrée, donc, deux semaines après avoir atterri en France exactement, Ingrid a annoncé son mariage l’été qui arrivait, en août. Haha, quelle surprise, et surtout, quel planning serré !

Bref, tout ça pour dire que ces 4 derniers mois ont donc été quelque peu chargés, cela explique sans doute notre absence, même si ça ne l’excuse pas. 
Quoiqu’il en soit, maintenant que le calme est revenu, et qu’un rythme normal s’installe, on est bien décidés à revenir et à continuer de vous raconter nos aventures, moins exotiques, certes, mais toujours aussi agréables à lire, on l’espère. 

10570329_1539358932966089_4325778970552534282_n

Juste avant notre départ, on avait organisé un petit repas pour présenter à tout le monde notre projet. Ça avait été l’occasion d’expliquer à notre famille et nos amis, le parcours, les pays visités, nos attentes, de recevoir les précieux conseils et adresses des uns et des autres.
Et bien, l’heure est venue de faire un peu la même chose, mais après le voyage cette fois ! L’idée c’est de réunir les mêmes personnes, mais aussi ceux qui n’avaient pas pu être là en octobre dernier, afin parler de ces mois écoulés et de vous raconter plus en détails que sur le blog notre super périple !
Lecteurs du blog, vous êtes donc tous conviés à venir débriefer cette expérience autour d’un goûter aux Violettes le dimanche 4 octobre. Y compris ceux qui nous ont découvertes en cours de route, par l’intermédiaire d’Internet, et qui ne nous connaissent pas forcément « en vrai ». Ce sera l’occasion de se rencontrer :-). Au programme : photos pour les plus patients, vidéos, troc de guides du Routard, échanges de bons plans, explications sur nos changements de plans, ressentis, anecdotes exclusives, rires, chai massala et chocolat :D. 

Venez nombreux !

Publicités

La jolie Puja s’est mariée

Vous vous souvenez du premier article de notre TDA ? Il avait pour sujet la jolie Puja, la première rencontre qu’on a faite dans notre voyage. Si vous ne vous l’avez pas lu, ou si vous ne vous en souvenez plus, le voici.
Et bien dans cet article, on vous annonce qu’elle a réussi à… SE MARRIER avec son amourex, envers et contre tous !!!! Et on a même un cadeau pour accompagner cette heureuse nouvelle : des photooooooos !

Vous pouvez lui souhaiter tout le bonheur du monde !!!!!!!

   
         

De retour à la maison

Et voilà, le chemin se termine.

On vous écrit, au chaud (ouais enfin c’est un printemps un peu frisquet, donc par rapport à la canicule de Bali, c’est léger quoi…), de notre jolie maison grassoise. De LA MAISON. De l’endroit où on se sent le mieux au monde. De la où tout a commencé, il y a un peu plus d’un an.
Les idées balancées comme ça, juste pour rire, les listes de choses qu’on ne veut pas rater sur cette Terre, puis voir tout se concrétiser à une vitesse fulgurante, et ce non sans efforts. Ce voyage c’est notre bébé, c’est la chose qu’on a créée de A à Z et qu’on a vécue ensemble en se soutenant.

Mais attention cette expérience n’a pas été de tout repos !! Non non non, au contraire ça a été compliqué, à réfléchir, à organiser, à financer, à vivre, à digérer, et on oublie un tas de verbes… Le seul truc qui a été hyper facile pour nous en fait c’était de le partager. Entre nous, tout le temps, avec vous, régulièrement, et puis avec les locaux, souvent !

Le retour à la maison est plus facile que prévu, le pays nous manquait, nos proches nous manquaient, donc l’adaptation se passe vraiment bien. Ce retour au calme et au familier nous donne le temps de digérer, de comprendre et de revenir sur tous les moments de cette expérience incroyable et inoubliable, qu’on n’aurait pu rater pour rien au monde ! On est fières et heureuses de l’avoir accompli, surtout ensemble (on ne peut s’empêcher de se projeter plusieurs années dans le futur et s’imaginer en train de raconter à nos enfants et nos neveux « tu vois, dans ce pays, on y était avec tatie quand on était plus jeunes, on est parties en sac à dos toutes les deux 5 mois pour voyager et découvrir une partie du Monde ». Et ça nous fait bien rire !), et quelque part ça nous manque un peu de ne plus se supporter (dans le sens de se soutenir, non pas de se subir ^^) H24. 

Alors voilà, aujourd’hui, après exactement 161 jours de vagabondage à travers l’Asie et après en avoir pris plein la vue et le cœur chaque seconde de chacun de ces 161 jours, nous sommes de retour. 

Voici notre itinéraire final, celui, il faut l’avouer, qu’on n’avait jamais envisagé une seule fois, dans tous les scénarios qu’on s’était montés 14 mois auparavant :
France -> Inde -> Sri Lanka ->Thaïlande -> Laos -> Thaïlande -> Cambodge -> Thaïlande -> Singapour -> Indonésie -> Australie -> Indonésie -> Inde -> France

On vous remercie de nous avoir suivies tout ce temps, on vous remercie d’être partis avec nous, et surtout on vous remercie de tous vos mots gentils qui nous ont aidées tout le long de la route. Sachez que vous avez été avec nous a chaque instant, dans les meilleurs moments bien sur, mais surtout dans les plus mauvais. Heureusement ils ont été moindres mais vous nous avez donné le sourire et le courage de poursuivre quand le moral était un peu mouligasse !

Vous aurez dans tous les cas l’occasion de nous recroiser et on ne manquera pas cette opportunité de vous raconter, vous faire flipper, vous faire marrer, vous faire voyager une fois de plus avec nous 🙂

On vous aime ❤

L’Australie en vidéo

Evidemment, on ne pouvait pas mettre les pieds en Australie sans vous en montrer les merveilles… Voici le film qui résume notre roadtrip dans le sud-ouest du pays des kangourous.

Avec cette vidéo : AUSTRALIA, on vous annonce la clôture de notre série nommée TDA, qui vous a emmenés en Asie pendant plus de 5 mois.

Merci d’avoir suivi tous les épisodes, et n’hésitez pas a les regarder, les re-regarder, ou et les re-re-regarder !!!

Bisous à tous !!

Le ridicule ne tue pas non plus en Australie

On vous l’avait déjà dit dans l’article précédent, on s’est bien marrés en Australie ! 

On a passé en gros une semaine à manger du houmous et des TimTams (les meilleurs gâteaux du monde, ou presque : des gaufrettes feuilletées avec nappage au goût de nougat au milieu et enrobés de chocolat. Si vous voulez connaître le paradis dans votre bouche, essayez donc ! Les paquets violets seulement, « double coat », les autres déclinaisons ne valent pas la peine…) et à se taper des barres dans la voiture, les magasins et sur la route !

Voici donc un florilège d’images de nos bêtises… XD

          

Australie, on t’aime Aussie

Et ouiiiiiiiiiiiiiii !! Après Bali, on se retrouve dans le pays-continent 😀

L’Australie n’étais pas dans nos plans : chère, pas sur la route, trop immense pour y voyager peu de temps (et quitter un pays avec de la frustration est la pire chose qui soit)… Bref peu de raisons nous poussaient à y faire un tour à part bien sûr l’envie furieuse de découvrir un pays aussi cool, mais pas assez pour effacer tous les « contre ».

Ça, c’était avant qu’on rencontre David au Sri Lanka. On l’avait remarqué au sommet d’Adam’s Peak, farigué comme nous d’attendre dans le froid. Puis on s’était retrouvés sur le même quai de gare à Hatton le lendemain matin. Il était là avec son vélo (il traversait le Sri Lanka à vélo… Y en a qui sont motivés !), puis la conversation s’est engagée et on s’est retrouvés à passer presque tout le reste de notre voyage dans le pays ensemble à se raconter des blagues pourries et partager nos histoires de voyageurs ! Il venait de passer 6 mois en Europe, et avait décidé de s’arrêter au Sri Lanka sur la route de sa maison : Perth, en Australie.

Sur un coup de tête, on lui a dit qu’on venait le voir, et en un claquement de doigt il nous attendait a l’aéroport de Perth avec des croissants et une jolie pancarte.

  

Une semaine, c’est court… Mais assez pour partir en roadtrip !!! Avec la chance inouïe de découvrir le pays de quelqu’un qui a assez voyage pour savoir a quel point son pays d’origine est celui qui est le plus riche et le plus beau de tous.

On a donc pris la route vers le sud, avec comme compagnons « Taylor « (Le surnom de la Swift, notre petite voiture blanche) pleine à ras-bord de provisions, de matériel de camping et de nos affaires.

On a donc roulé comme ça pendant 7 jours géniaux qui nous ont donné l’occasion de :

– Traverser des forêts de pins centenaires
– Visiter des vignobles
– Déguster du vin, du chocolat et du fromage… made in Australia bien sur !
– Rouler sur la poussière rouge
– Sauter dans l’océan plein de requins, et se manger des rochers en remontant (cicatrices a l’appui)
– Regarder le soleil se coucher derrière les nuages
– Marcher à travers le bush
– Manger des TimTams
– Se prendre un cyclone dans la tronche
– Camper sous la pluie
– Organiser un barbecue sauvage (sans viande bien sur)
– Manger du houmous et de l’avocat à s’en écœurer
– Ecouter de la musique en hochant de la tête
– Manger des TimTams
– Griller des chamallow à la flamme du briquet
– Nager dans une cascade
– Se faire attaquer par un kangourou
– Observer une famille d’opossums en pleine nuit
– Ramasser des plumes de perroquets
– Manger des TimTams
– Ne pas se doucher pendant 4 jours
– Flipper en se retrouvant nez-à-nez avec des araignées énooormes
– Prendre le bateau pour aller voir des pingouins… Mais les louper
– Visiter des grottes et se prendre des stalactites dans la tête
– Apprendre que tous les animaux dangereux du monde résident sur cette île
– Interroger du regard le ranger qui nous parle sans qu’on ne comprenne un mot (c’est quoi cet accent sérieux ???)
– Déchiffrer l’accent australien
– Se raconter nos vies pendant des heures et des heures
– Manger des TimTams 
– Boire de la gingerbeer
– Goûter de la Vegemite
– Dîner aux chandelles du tableau de bord de la voiture
– Déambuler dans les rayons de Coles, Woollies et IGA 3 fois par jour
– Manger des TimTams
– Se battre pour recharger les moults appareils électroniques grâce à l’unique et précieuse source USB de la voiture (vous n’imaginez pas le nombre de trucs qui ont le label « USB rechargeable » aujourd’hui : téléphones, iPods, iPads, lampes de poche, enceintes portables…)
– S’inquiéter pour les surfeurs (rapport aux grands requins blancs ET au cyclone)
– Déjeuner dans des endroits cool à Freemantle
– Prendre le CAT 4 fois d’affilée pour faire le tour de la ville sans se prendre la pluie
– Faire les courses pieds nus
– Rencontrer une australienne qui a visité le MIP et Molinard
– Cuisiner de la ratatouille et faire sauter des crêpes
– Essayer de convaincre Dave de venir étudier 2 ans à Berlin (et presque réussir, on y travaille encore !)
– Inviter une quinzaine de personnes à venir nous rendre visite en France

Et surtout… Rigoler, rigoler, rigoleeeeeeeeeeeeer, regretter de ne pas pouvoir rester plus longtemps et espérer pouvoir y retourner très vite !

   

 

   

               

   

          

David et l’Australie , à très très vite !! ❤

Bali en vidéos

Oyé oyé les amis !!

Ce soir nous avons l’immeeeeeeense plaisir de vous dévoiler les deux vidéos de Bali. Ben oui, parce que résumer ces 4 semaines passées sur l’île des Dieux en une seule vidéo, c’était pas possible… Alors on en a fait deux !

La première partie réunit les images prises avec le super appareil de Juliette, son Canon d’amour.

La seconde quant à elle est montée à partir des images de la GoPro (GP pour les initiés…).

Cliquez, chargez, regardez, biffez, faites tourner, c’est trop super pouces en l’air !

Gili Gili

Non, la lecture de ce titre ne s’accompagne en aucun cas du geste qui consiste à chatouiller du bout des doigts le dessous du menton ou les flancs d’un enfant…

Gili c’est le nom de 3 petites « îlounettes » situées au nord-ouest de la grande île de Lombok, la copine de Bali. Elles sont réputées comme spot de plongée, et les fonds marins ont la particularité d’être plein de tortues !! Au choix, on peut loger sur Gili Trawangan, Gili Meno ou Gili Air, chacune ayant sa propre ambiance. La première  est fêtarde, avec distribution de champignons magiques à tout va lors de grosses teufs sur la plage, la seconde est réservée aux lunes de miel et aux amoureux qui préfèrent profiter de leur chambre d’hôtel dans un décor paradisiaque, et la dernière est la plus « normale » avec un petit village musulman, une mosquée, des logements chez l’habitant en pagaille, des restaurants, des bars, des clubs de plongée et même un cinema de plage !!

Vous l’aurez compris, on correspond davantage au public de Gili Air, et c’est là qu’on a décidé d’établir notre campement. On y passe une semaine, notre dernière semaine en Indonésie. Le temps de se reposer, de profiter de la plage, de la délicieuse nourriture de Lombok, et de snorkeller en priant pour croiser une ou deux tortues (?!!???… C’est surtout pour ça qu’on est venues en fait ! En plus c’est la saison des bébés tortues, vous savez comme dans les reportages sur Arte où on voit les œufs éclore sur la plage et les mini-tortues à la carapace encore molle se ruer dans l’eau guidées par les plus grosses ? On a bien essayé de savoir où cette scène se jouait pour y assister en vrai mais bien évidemment les lieux de reproduction et de ponte sont secrets et même énormément protégés à ce qu’on a entendu !!).

Le détail qui est un peu venu tout gâcher c’est qu’il n’a pas cessé de pleuvoir, donc on n’a pas pu profiter au max de notre séjour sous les cocotiers : 10 minutes après avoir posé nos serviettes sur la plage, à chaque fois, on se prend une rincée de chez rincée et on est obligées de regagner le bungalow en courant sous la pluie pour épargner nos livres qui sont en train de se noyer ! Mais on nous avait prévenues, c’est la saison des pluies en Indonésie, donc à Bali mais aussi à Lombok !… Argh.

Voici donc quelques clichés de notre séjour à Gili. Vous verrez le reste dans la vidéo, parce qu’on a surtout filmé à vrai dire ! Et si vous voulez savoir si finalement oui ou non on a réussi à croiser une tortue (le slogan des locaux ici c’est « Snorkell here and you’ll see turtles, it’s guarantee ! If you don’t, I give your money back ! »), vous aurez la réponse un peu plus tard dans la video de Bali que Juliette commence déjà à monter…

IMG_1431

IMG_1408

IMG_1442

IMG_1450

IMG_1455

IMG_1438

Défi rando #2 : le Mont Batur

 Vous connaissez déjà notre passion pour l’ascension des montagnes en période nocturne… Par notre récit du Pic d’Adam ! > qui est d’ailleurs une nouvelle occasion de vous rappeler à quel point nous avons un humour pourri. 

Bref, quoiqu’il en soit, comme on ne change pas une équipe qui gagne, à Bali, on a pris (presque) les mêmes et on a recommencé ! Juju, Ingrid et la lune étaient encore de la partie, mais cette fois on a rajouté un guide, et un troisième compagnon, l’amoureux d’Ingrid (et oui il est encore venu ! Pour nous rejoindre en Indonésie cette fois…), et on a remplacé la montagne sacrée par un volcan !
Si c’est pas un peu cool ça !!?!

Réveil enclenché à 1h45 du matin, on se couche un peu trop tard mais l’estomac plein de Nasi Goreng délicieux arrosé d’un fameux jus de goyave frais. 
Et puis là encore, c’est la même histoire, on ouvre les yeux avec l’impression désagréable d’avoir du gravier sous les paupières. On grimpe dans une voiture qui empeste l’essence et dont le bruit du moteur participe à nous réveiller un peu plus, mais qui aura le mérite de nous amener sains et saufs au petit village de Batur, sur les bords du lac posé au milieu de la cuvette du volcan, à quelques kilomètres d’Ubud. 

Garés sur le parking, on avale un thé, on fait les andouilles en racontant des bêtises histoire d’achever de nous réveiller complètement ET de nous donner du courage. 



Parce qu’il va nous en falloir… Même si c’est moins haut que le pic sri lankais (Batur ne mesure « que » 1717m), ça s’annonce tout aussi compliqué, du fait du revêtement du sol : cette fois ce ne sont pas des marches, c’est du sable, et le sable, c’est meuble. Donc à chaque fois qu’on enfonce un pied pour monter, on redescend de quelques centimètres, de sorte qu’on s’épuise vite et que les cuisses commencent à brûler rapidement. Pas grave, on fera des pauses, surtout qu’on n’a pas commencé, et qu’on a déjà chaud à force de faire les imbéciles autour de la buvette des guides. 

On nous distribue des bouteilles d’eau à chacun, mais ô miracle, nous n’aurons rien a porter puisqu’on aura la chance d’avoir un porteur  (ou plutôt un mulet vu ce qu on lui a mis sur le dos) cette fois là :-). C’te classe…
On démarre donc l’ascension, en s’arrêtant pour reprendre notre souffle et admirer le panorama : les bords du volcan se détachent déjà dans le ciel illuminé par la lune, et les étoiles brillent de 1000 feux. C’est superbe.
On croise (et on dépasse, bien entendu, on commence à être un peu entrainés t’as vu…) tout un tas de personnes et on en profite pour jouer aux devinettes des nationalités. Martin gagne à tous les coups, parfois même sans les avoir entendu parler !

On grimpe, on grimpe, on ne fait que ça, on a les poumons qui brûlent et le corps qui boue mais on ne s’arrête pas de grimper. Et puis finalement, au bout de 2 bonnes heures et plus de 800m de dénivelé, on arrive au premier point de vue. Le guide nous demande si on veut monter plus haut au second, 30 minutes plus loin ?… Bien sur qu’on veut !! On est là pour ça les gars !!

On arrive au sommet pile poil pour le début du spectacle : le soleil commence à se pointer en face, juste derrière les monts Agung et Batukau. Le bonus : on aperçoit au loin en arrière plan le Mont Rinjani, sur l’île de Lombok, qui se découpe de l’autre côté de l’étendue d’eau. Ça promet d’être UN PEU BEAU !!!
Le ciel se colore lentement de nuances roses, violettes, mauves et rouges. Le ciel est comme en train de brûler et les nuages participent à dessiner cette palette de feu
  

  

  

  


On profite de ces quelques instants précieux pour en prendre plein les yeux et tenter une séance improvisée de lightpainting (dont vous verrez un peu plus bas les quelques résultats, un peu médiocres…)

  



Puis le jour se lève lentement, on déguste un petit déjeuner concocté par le guide à l’aide des fumeroles de la caldeira : un sandwich fourré à la banane cuite à la vapeur du volcan et un œuf à la coque. Une fois le soleil un peu plus haut dans le ciel, on reprend la route pour finir notre tour en traversant les 3 autres caldeira. C’est l’occasion d’apprendre que le volcan est endormi mais toujours actif : tout autour on aperçoit ainsi des fumeroles de vapeur, dont la chaleur qui s’échappe est vraiment intense. On a l’impression de toucher le souffle de la Terre, celui qui remonte du plus profond de ces entrailles. On s’émerveille à imaginer que tout au fond du trou là, c’est le cœur de la Terre qu’on peut trouver ! Il s’est réveillé plusieurs fois, dont 2 fois récemment : une fois en 1963 et en 2000. L’éruption de 1963 a fait beaucoup de dégâts, elle a même forcé le village à se déplacer plus haut pour se protéger après sa destruction « presque » totale. On dit « presque » parce que seul le temple du village a été épargné. Allez savoir par quel heureux miracle, la lave s’est arrêtée aux pieds du temple, en dessinant un cercle tout autour ! Les locaux y
 voient là un geste des dieux c’est pourquoi le site est devenu un passage obligé pour les pèlerins qui passent dans le coin. En attendant, le panorama depuis les sommets sur la vallée est éblouissant : les volutes dessinées par la lave qui a coulé il y a plusieurs années, la verdure qui reprend le dessus au milieu des traînées noires, les rizières, la surface du lac qui brille sous les rayons du soleil, les jets de vapeur entre les arbustes. C’est un paysage qu’on n’avait jamais vu auparavant !

 

  

  

Après une boucle de 6h de marche, on revient sur le parking de notre chauffeur, qui nous raccompagne à la maisonpour profiter d’un repos amplement mérité… Et désiré !!



À la rencontre de la culture balinaise

Ubud est le cœur à la fois de l’île et de la culture balinaise. C’est lors de notre séjour d’une semaine dans cette ville que nous avons pu observer toutes les démonstrations du mysticicisme qui règne à Bali.

Aidées pas une hôte hors du commun, nous avons été plongées dans les coutumes hindoues très différentes de ce qu’on a pu voir dans les pays précédants. 

Danni a fait une chambre d’hôte dans sa maison (un peu comme notre maman) : Shanti guesthouse. Pendant cette semaine elle s’est occupée de nous comme de ses filles.

  

On a pu l’observer faire des offrandes tout au long de la journée, vêtue de dentelle et portant une ceinture d’une couleur différente à chaque fois. Un soir elle nous a même enmenées la voir jouer dans le gamelan de l’association des femmes musiciennes au Lotus Temple !!

L’art

Ubud est le cœur artistique de Bali. Peinture, musique, sculpture, danse… L’art est partout. Quand on a l’occasion de se ballader en scoot en s’éloignant du centre ville, on ne voit plus que des atelier ou des maisons dans lesquelles des générations d’artistes se sont succédés. Il y a plein de musées à visiter, mais vous pouvez voir des œuvres partout dans la rue.

Les danses

Vous avez peut-être pu voir à l’occasion de nos vidéos que nous nous sommes tenues à aller voir un spectacle de danse traditionnelle dans chaque pays. Malheureusement la Thailande a été l’exception, mais nous nous sommes rattrapées à Bali, où nous avons eu la chance d’assister à 2 danses différentes.

Barong





Kecak









La nature

L’hindouisme balinais laisse une très grande place à la nature. Et temps mieux, parce que du coup en plein ville, on se retrouve à faire des randos de plusieurs kilometres dans la jungle ou au milieu des rizières ! C’est encore plus impressionnant quand on tombe sur des temples complètement par hasard 🙂