Avoir les cheveux brillants grâce au henné neutre

Bonjour à touuuuus !

Le dimanche cheveux revient, avec la période estivale qui approche et qui donne envie d’avoir une crinière de rêve (enfin nous c’est ce que ça nous fait ahah).
Le dimanche cheveux, pour ceux et celles qui ne connaissent pas, c’est le jour où on parle de trucs et astuces pour rendre les cheveux jolis, que ce soit avec des soins faits-maison, des masques aux huiles, des produits dont on a envie de vous parler, ou encore des coiffures 🙂

Le jour préféré de Juliette donc, qui est la spécialiste ès cheveux du duo de soeurs !!
C’est donc Juju qui vous écrit aujourd’hui, pour vous présenter une de nos façons préférées  de sublimer nos cheveux : le masque au henné neutre.

Qu’est-ce que le henné ?
Le henné est une plante, dont les feuilles sont broyées pour obtenir une poudre très volatile. Cette plante pousse dans les climats chauds et secs (du Maroc à l’Inde, en passant par l’Egypte, la Syrie, l’Iran ou le Pakistan), et l’utilisation du henné est donc historiquement originaire du Moyen-Orient à l’Orient.

Son utilisation remonte, selon des recherches, à il y a près de 9000ans dans l’actuelle Turquie et plus précisément dans la cité de çatal höyük (site archéologique magnifique en passant). A l’époque de l’Egypte Ancienne, on l’utilisait pour colorer les ongles ou les cheveux des momies, c’est pour dire…
Bon bien sûr aujourd’hui on a pas besoin de colorer nos momies, mais les femmes s’en servent pour colorer leur belles chevelure (en Inde, au Maghreb, au Moyen-Orient…), orner leurs mains et pieds de jolis dessins pour les fêtes… Enfin voilà quoi !

MAIS, grâce au miracle de la mondialisation… On en trouve dans nos magasins 😀
Du coup on a aucune raison de ne pas utiliser un produit qui sublime les cheveux de millions de femmes depuis des siècles pas vrai ?? Alors on s’y met !

Henné neutre ou coloré ?
Le henné est souvent mélangé à des pigments naturels qui permettent de colorer la peau et les cheveux, et peut avoir une pigmentation orange, rouge, auburn, acajou, blond…
Enfin il y en a pour tous les goûts quoi !
Cependant, il en existe aussi du neutre : c’est à dire qu’il ne colore pas. Quel intérêt vous allez me dire ? Eh bien lisez plus bas 🙂

PS : faites aussi attention aux henné qui ne sont pas « naturels » –> on y a ajouté un tas de choses au nom imprononçables et mauvaises pour les cheveux ou la santé. Prenez donc toujours votre henné NATUREL. Le choisir bio est aussi un bon investissement. Et bannissez les colorations « au henné », qui ont seulement 3% de henné à l’intérieur juste « pour faire bien ».


Quels bienfaits ?
Premièrement, le henné est le meilleur moyen de colorer sa chevelure sans lui faire de mal.
En plus de cela, il « enveloppe » le cheveux et le protège des agressions extérieures. C’est à dire qu’au lieu de décoller les cuticules du cheveu (ce que fait n’importe quelle coloration), il gaine le cheveux et le rend plus fort. Et qui dit cheveux plus fort, dit cheveu plus brillant !!
Sur cheveux secs : il les rend moins ternes et moins cassants
Sur cheveux gras : il régule la production de sébum, et prévient la chute de cheveux
Il régule aussi le ph de votre cuir chevelu, ce qui veut dire qu’il apaise les plaques, rougeurs ou pellicules.

Imaginez donc, la chance que vous offrez à vos cheveux de leur faire un masque au henné neutre si vous les voulez juste en meilleure santé !!

Comment s’y prendre ?
Achetez le henné de votre choix.
Moi j’ai pris du henné neutre de la marque Henné de Shiraz et le pot contient 150g de henné et coûte 9€90 chez Naturalia.

IMG_2960

IMG_2961

Depuis que j’ai coupé mes cheveux (oui J’AI COUPÉ MES CHEVEUX), ils devenaient gras très vite et c’était pénible. J’attendais donc qu’ils ravivent mes cheveux, et soigne mon cuir chevelu.

1- Mélanger la poudre de henné à de l’eau tiède
Par exemple moi j’ai mis 50g de poudre pour 150ml d’eau. 50g étaient largement suffisants pour mes cheveux qui m’arrivent en dessous des épaules.
Pour 100g par exemple, on utilisera 300ml d’eau.

2- Bien mélanger jusqu’à l’obtention d’une mixture lisse un peu gélatineuse
Je vous l’accorde, cette pâte s’apparente à de la bouillasse, ou bien de la bouse, et puis il faut reconnaitre que l’odeur n’est pas non plus très agréable… Mais pensez aux bien que cela va faire à vos longueurs 🙂
Si l’odeur vous dérange beaucoup vous pouvez mettre quelques gouttes d’huile essentielle de votre choix, ou bien de l’hydrolat.

IMG_2963

3- Répartir la boue en commençant par le cuir chevelu (en mettre bien partout), puis descendez jusqu’aux longueurs
Fates bien attention à mettre des gants si vous utilisez du henné coloré, sinon il teint vos mains et tous les autres endroit ou vous en mettez !

IMG_2971

4- Laisser poser entre 30 et 40 minutes
Pendant ce temps-là, faites en sorte de ne croiser personne au risque de provoquer une crise cardiaque…
Les henné risque de durcir un peu, à l’image de l’argile, mais tout est normal !

5- Rincer abondamment
A peu près jusqu’à ce que le bac de douche ne soit plus vert 😉
Vous pouvez faire un shampoing neutre (exemple : sans silicone, sans paraben, sans colorant etc, moi j’ai utilisé le shampoing solide Montalbano de  Lush par exemple) dessus si l’odeur vous dérange ou si la texture de vos cheveux ne vous plait pas. Vous allez quand même sentir rien qu’après les avoir rincés, qu’ils sont déjà beaucoup plus forts.

IMG_2972

IMG_2975

Et voilà, le tour est joué, en 1h vous avez une nouvelle chevelure toute belle, toute douce 😀

Publicités

Se couper les cheveux soi-même en 5 étapes

Le dimanche cheveux est de retouuuuuuur 🙂

Les plus futiles seront ravies, aujourd’hui nous parlons de cheveux…
Et de coupe !

Il y a 2 ans, j’ai passé un pacte avec moi-même : j’ai décidé que je ne me couperais plus les cheveux. Je l’expliquais dans cet article nommé « confessions d’une accro aux cheveux », et le résultat est donné dans celui-là.

Mais, très vite rattrapée par la réalité, j’ai dû faire preuve de pragmatisme et abandonner mes convictions (bon pas TOUTES hein) : non, avoir les cheveux jusqu’aux fesses, ce n’est pas pratique.
Si toi aussi :
– tes cheveux se coincent dans les portes, les fenêtres, les portières de voiture, tes pulls au moment de les enlever, tes écharpes et les ceintures de sécurité
– les gens s’assoient dessus quand ils s’assoient à côté de toi
– ils trainent sur le sol et ramassent toutes les saletés quand tu es assise par terre
– tu reçois des messages de 5 personnes de ton entourage dans la même journée disant « Juliette j’ai des cheveux à toi dans mon lit/sur mon manteau/dans ma voiture/sur mon parquet/dans le gâteau que t’as fait, il faut vraiment que tu les coupe j’en peux plus »
Ben il faut se rendre à l’évidence et accepter le boomerang : VOS CHEVEUX SONT TROP LONGS.

Faut dire aussi qu’en voyage, il avaient pris 15cm en 5 mois (si si, je vous jure) et c’était pas trop dérangeant à 12000 km de chez moi, mais à mon retour c’était moins pratique, et laver 80cm de cheveux un jour sur deux n’était ni écologique, ni économique, ni bon pour mes cheveux.
Et puis là j’étais arrivée à un point ou j’avais l’impression d’avoir des lianes sur la tête.

Partisane de longue date du non-coupage de cheveux, autrement appelé « hippisme » ahah, et bien j’ai décidé de rompre ce cercle : je me coupe les cheveux. Et pire, je vous montre comment faire.
Alors la troisième fois que j’ai dû les couper (en 6 mois) j’ai resorti mes ciseaux, et mon appareil photo, pensant que vous montrer comment je fais serait une bonne idée.

ATTENTION :
Je ne suis pas professionnelle, et je vous donne ma technique qui peut-être ne fonctionne pas sur les cheveux très bouclés, très fins. Je vus fait seulement part de mon expérience 🙂
Cette méthode de coupe de remplace pas non plus un rendez-vous chez le coiffeur quand on veut complètement changer de tête.

1 – Bien se brosser les cheveux
Couper sur cheveux sec est mieux, parce qu’on peut directement voir le résultat et ajuster si besoin.

IMG_0977

2 – Faire une queue de cheval au dessus de la tête
Plus la queue est haute, plus le dégradé sera accentué. Inversement, plus elle est basse, moins le dégradé sera important.
Faire attention à bien prendre TOUS les cheveux.

IMG_0991

3 – Prendre le bout de la queue de cheval et couper la longueur dont vous voulez vous débarrasser
Attention, vous allez peut-être avoir l’impression de couper beaucoup la première fois que vous le faites.
Je n’ai pas de ciseaux de coiffeur malheureusement, mais si vous en avez un c’est beaucoup mieux.

IMG_0998

IMG_0999

4 – Admirer le travail
Tadaaaaaaaa

IMG_1004

5 – Avant/Après
Et le mieux dans tout ça, c’est de voir avant et après !
La différence n’est pas flagrante cette fois, je voulais surtout désépaissir ma tignasse 🙂

IMG_0980

IMG_1007

 

Un mariage !

On vous disait récemment qu’Ingrid avait annoncé au retour d’Asie qu’elle et son fiancé avaient décidé de se marier l’été suivant le voyage… Laissant à l’organisation très peu de temps pour se monter !

Mais toute la famille et les amis ont mis la main à la pâte et se sont organisés pour réaliser ce super challenge : préparer un mariage avec plus de 150 invités en 3 mois ! 3 mois, 3, mois, 3… moaw, comme dans Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre ? Oui. 3 mois donc, c’est à dire le même délai que Cléopâtre laisse à Numérobis pour construire à César un majestueux palais qui l’épatera et lui fera reconnaître la puissance et la grandeur du peuple égyptien.

Sauf que voilà, nous, on n’avait pas la potion magique de Panoramix ! En fait, on avait un truc encore mieux que ça : l’implication, la bonne volonté et l’amour de notre famille ont été (et le sont encore d’ailleurs !) des moteurs bien plus puissants que le contenu de la marmite du druide ! Comme Obélix, tout le monde semble être tombé dedans très petit, car l’énergie déployée pour faire de cet événement un moment merveilleux a été considérable !
Organiser un mariage en quelques semaines n’a pas été de tout repos, surtout que le marié était absent pendant la moitié de ces 3 mois, mais on y est arrivé. Et ce weekend d’août a été un des meilleurs de nos vies. Un moment magique, unique et vraiment génial !

IMG_0238

Et, pour tenter de nous rattraper de notre long silence, voici quelques clichés du week-end.
À noter quand même quelques « stigmates » que notre voyage a laissés : danse Bollywood mettant en face-à-face les garçons et les filles, avec kurtas, saris, bindis, moustaches indiennes et bracelets de chevilles à grelots, bataille de poudre colorée rappelant Holi, la fête des couleurs indiennes. Le buffet du repas était végétarien bien entendu, et nous avons disposé ça et là quelques détails rigolos et insolites : une pièce montée de fromages à la place des choux à la nougatine (que nous avons goulûment avalée à 5h du mat’), de la lavande plutôt que du riz (non mais c’est quoi cette tradition pourrie au nom de laquelle on jette de la nourriture sérieux ?!?), des fioles d’huile d’olive infusée au romarin au lieu des dragées, une Méhari blanche en guise de carrosse des mariés et surtout un moine bouddhiste à son volant (c’est ce que le prêtre a cru en tout cas), un trampoline tzigane géant tissé de laine et même la venue d’un groupe internationalement connu : les MAROON 5 (prononciation : « Marron Cinq ») !
Bref, ce mariage était à la hauteur des espérances des deux amoureux, qui n’arrêtent pas de répéter que « ce week-end était parfait, c’était le mariage de nos rêves ».
Longue vie à eux, longue vie à l’amour, plein de bonheur et de petits MartIngrids !!

Enfin, pour la petite anecdote, c’est Juliette qui attrapé le bouquet…

IMG_0194

IMG_5199

PS : Ingrid et maman sont tellement rodées qu’elles ont même pensé un moment ouvrir une affaire de conseils en wedding-planning, histoire de partager tout le savoir-faire acquis en très peu de temps, mais néanmoins maîtrisé à la perfection ! Elles sont maintenant bien rodées aux éléments aussi techniques que la comptabilité (budget), les ressources humaines (attribution des tâches, mise en valeur des compétences de chacun), la maîtrise d’ouvrage (ateliers DIY), la direction des achats (décoration, vaisselle, cadeaux, matières premières, alimentation), la négociation commerciale (on est devenus des requins de la finance), la gestion de projet (en l’occurrence de l’événement en lui-même), ou encore l’analyse de l’offre et de la demande, donc tout à fait disposées à répondre à vos questions concernant ces domaines, à l’échelle du mariage bien entendu. 

 IMG_4943

IMG_5128

IMG_5146

IMG_5112

DSC_0454-1 (1)

IMG_7396 (1)

IMG_7386

IMG_0188

IMG_0185

DSC_0613-1

DSC_0615-1

DSC_0617-1

IMG_7577

IMG_7573

IMG_0271

IMG_7856

IMG_7857

IMG_7877

IMG_5657

IMG_0282

Crédits photos : Harold Roger – http://hhhaaarold.tumblr.com/http://thebestinternship.com & Famille Delory. 

Le culte de la beauté

L’Inde est par excellence le pays de la beauté. On a tous en tête des femmes khôlées, qui portent un voile laissant apparaître une partie discrète de leur visage aux traits fins, des bijoux dorés qui contrastent avec le brun de leur peau parfaite, des longs cheveux noirs soyeux pleins de reflets naturels et des saris colorés…
Mais pas seulement les femmes : figurez vous que c’est pareil pour les hommes. Autant en ce qui concerne les bijoux (les indiens portent plus de bagues sur une main que la plupart des femmes françaises en portent sur deux !), que les vêtements (ils sont toujours impeccablement sappés, avec chemise repassée et pantalons à pinces, et même si la mode n’est PAS DU TOUT à notre goût – salut les pantalons patte d’éph’, imprimés chargés dégueulasses et autre association de mauvais goût – il faut reconnaître qu’ils y prennent soin !), le maquillage (les hommes aussi se khôlent les yeux, et les bébés sont presque tous sans exception maquillés et décorés de bijoux, peu importent le sexe ou l’âge, c’est une tradition hindoue !) ou les soins du corps.
Et pour cause, les salons de barbiers sont aussi nombreux que les « beauty parlour » de femmes !! Il faut dire que les critères de beauté masculins indiens demandent de l’assiduité dans la fréquentation du coiffeur et du barbier : une coupe mi longue bien peignée avec raie sur le côté et mèche frivole sur le front, cheveux blancs colorés mais seulement sur le dessus (on évite de colorer les tempes grisonnantes et la nuque pour que ça reste quand même naturel et donner l’illusion qu’on n’utilise pas de coloration !! > ‘sont coquettes ces indiens n’est ce pas ?), jamais de monosourcil, rasage de prés et, summum de la virilité : LA MOUSTACHE !!

[Bon, on ne parlera pas d’un ÉNORME défaut de style typiquement indien – à part la mode douteuse bien entendu – : la coloration au hénné des hommes !! Ça nous a valu de gros fou-rires et des regards d’effroi quand on a souvent croisé des hommes avec une sorte de casque de cheveux Playmobil orange (euh non rectification…orange carotte IMMOOOOOONDE pardon !!) avec moustache assortie… Désolées de ne pas fournir de photos de ces perles esthétiques mais on ne voulait pas avoir l’air de nous moquer, de les vexer, ou encore abîmer l’objectif de notre appareil photo en immortalisant le style (le diaphragme aurait pété c’est sur !!)]

Curieuses de savoir à quoi ressemblaient les endroits dédiés à la beauté en Inde, et volontaires de retrouver le sujet originel de notre blog, nous y avons mis les pieds, en vraies reporters (mais aussi on était contentes de se faire pomponner). On a toujours été fascinées par les sourcils toujours fraichement épilés des femmes dans la rue, de leurs cheveux longs et brillants, de leur peau toute lisse et de leurs lèvres discrètement colorés. On se disait que si on partait de ce pays sans avoir vu des salons de beauté, on aurait manqué quelque chose.

On avait du temps à tuer, on était accompagnées de notre maman et on avait acheté des cônes de henné pour pouvoir s’en faire nous-même (gros looooool, on aurait fini avec des gros pâtés sur les doigts)… On arrête le premier rickshaw croisé et on lui dit « the closest beauty parlour please ».
On entre, on salue les femmes très étonnées de nous voir dans leur salon et on demande les qualités de dessinatrice de la plus jeune. Pour maman, ce sera un massage de tête 🙂

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/e20/66142269/files/2015/01/img_6518.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/e20/66142269/files/2015/01/img_6521.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/e20/66142269/files/2015/01/img_6529.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/e20/66142269/files/2015/01/img_6523.jpg

Vu le prix dérisoire des services proposés, c’est normal que toutes les femmes indiennes mettent les pieds dans des endroits pareils régulièrement… La beauté et le bien-être ne sont pas un luxe ici, contrairement à chez nous ! C’est un art de vivre, et une obligation, comme une marque de respect envers l’autre : on n’imagine pas sortir de chez soi mal accoutrée, décoiffée et sans bijoux !

Par chance, accompagnées d’un garçon, au Nouvel An, nous avons eu l’occasion d’entrer aussi dans un salon d’hommes (épiées par le regard abasourdi de tous les hommes du salon, employés comme clients). Le barbier ne parle pas un mot d’anglais, mais peu importe, le langage du corps et le mime sont universels non ?
« Short cut and shave please », « army style », accompagnés du mimage de ciseaux et d’une lame, le coiffeur capte tout de suite. La langue n’a pas de barrière quand elle s’accompagne des gestes ! Juliette rajoutera quand même dans un mouvement de tête avec balayage de cheveux à l’aide de sa main, zyeux qui roulent en arrière et bouche en cul de poule : « Ben oui mais en même temps le langage du cheveu, c’est universeeeeel » – ! Il s’active aussitôt, et dans une sorte de chorégraphie hilarante mais hyper réfléchie et assez impressionnante il faut le reconnaître, commence son boulot.

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/e20/66142269/files/2015/01/img_7586.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/e20/66142269/files/2015/01/img_7577.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/e20/66142269/files/2015/01/img_7584.jpg

Une fois la coupe terminée, il masse le crâne en frappant doucement et il s’attaque à la barbe en attrapant une lame neuve qu’il fixe au vrai rasoir de barbier avant de badigeonner la mâchoire de mousse l’Oréal. Bon ok ça c’est pas très exotique… Mais Liliane est partout, comme Ronald McDonald !!
Il finit le tout en faisant un massage de visage, et nous on le regarde en hésitant entre penser « nan mais c’est de ça dont j’ai besoin tout de suite » ou « vu comme ils nous regardent, on doit être les seules foufounes de l’histoire de ce salon à avoir assisté à ce spectacle… ». Au milieu du soin, notre cobaye se tourne vers nous et nous lance « j’ai l’impression de me faire gifler » : en fait, ce ne sont que des petites giflounettes pour revitaliser et énergiser la peau après le rasage ! Mais c’est probablement la première fois de l’histoire qu’on voit un homme se faire gifler sans répliquer violemment : ah le pouvoir de la beauté…

Après une quantité de manies gestuelles et autres tics bizarres de professionnel, le barbier le rince, lui balaie la nuque, l’essuie, le talque, l’enduit de crème blanchissante (le « Bleach » que les indiens apprécient tant, pour blanchir leur peau selon les critères de beauté modernes > nous on paye une blinde pour avoir l’air bronzé et eux dépensent une fortune pour s’éclaircir la peau… On n’est jamais satisfaits de ce qu’on a !), et prépare la facture : qui s’élève à… une misère ! 1h de soins pour moins que le prix d’une seule coupe de cheveux en France, dans un salon bon marché !!

Vive la beauté du monde ! On a hâte de vous parler des rites de beauté dans les pays qu’on va visiter par la suite !

DIY #9 : Le masque de la mort

Cheveux mort, sec, cramés.

Oui, c’était l’état de nos cheveux. Après plus d’un mois à cuire sous le soleil, à se baigner dans toutes les étendues d’eau plutôt claires qu’on croisait et à supporter la pollution des grandes villes, on s’est rendues compte que nos chevelures étaient devenues blondes et commençaient à rendre l’âme. Pourtant, on avait prévu le coup, et on avait chargé nos réserves d’huile de noix de coco. En même temps, ici ça coûte 1€10 la bouteille de 300ml, alors s’en priver aurait vraiment été idiot…
Mais là, après 2 jours de farniente sur la plage de Kovalam, on a réalisé que l’heure était critique et que si on n’agissait pas de suite, on pouvait dire adieu à nos longueurs et bonjour aux ciseaux les plus aiguisés.

Après s’être observée dans le miroir, Ingrid lance à Juliette :
« Nan mais là il faut que tu trouves une solution ma sœur je reste pas comme ça un jour de plus j’ai de la paille à la place des cheveux… »
« Euuuuh… Attends je vais trouver !!! On a de l’avocat ? »
« Non… »
« Aaaah mais on a de la banane !!!!! »
« T’es en train de me dire que je vais mettre de la banane sur mes cheveux ? Je te fais confiance, mais quand même… »
« Et ben fais-moi confiance alors ! »

Ce qu’il vous faut :
Une banane (une a suffi pour nos deux têtes)
De l’huile végétale (nous on a pris amande douce, mais ça marche avec coco, olive etc)

Ce qu’il faut faire :
Écraser la banane
Ajouter l’huile et bien mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène
Mettre sur toute la longueur des cheveux en commençant par les extrémités, puis bien masser la tête
Laisser reposer pendant 1 à 2h
Bien rincer a l’eau chaude et coiffer au peigne pour enlever au maximum la banane (et faire gaffe au siphon – d’où l’intérêt de vraiment bien mixer)
Laver les cheveux comme d’habitude, deux fois si nécessaire

IMG_5490.JPG

Vos cheveux seront doux et brillants de nouveau, c’est magique !
Du coup on s’est promis d’en prendre soin pour de vrai, et pour ça on a acheté de nouveaux produits (c’est pas notre faute, ça coûte rien de prendre soin de ses cheveux en Inde…) 🙂

IMG_5736.JPG

La jolie Puja

La Jolie Puja, on l’a rencontrée par hasard un soir, alors qu’on n’etait meme pas censées se trouver à cet endroit. Autant dire que tout avait été fait pour qu’on se croiser.

« Ooooh nice rings girls » en parlant de nos doigts de pieds
« Ahah thanks »
« So you are married ?? » Et oui, parce que la signification des bagues, c’est le mariage en Inde, on fait vraiment tout a l’envers

Et voilà que la conversation s’est enchaînée pendant des heures. On avait enfin trouvé une indienne de notre âge avec qui parler fringues, bijoux, cheveux et mecs !! Juliette a finalement pu mettre la main sur des cheveux d’indienne, le rêve d’une vie.

Puja a 24 ans, elle est gentille, jolie, super drôle et très discrète. Non ceci n’est pas une annonce pour qu’un beau français s’intéresse à elle. Le cœur de Puji (comme la surnomme sa maman) est déjà pris. Et ça fait deux ans qu’elle se bat contre ses parents, sa famille et la société injuste dans laquelle elle est née pour pouvoir se marier avec celui qu’elle aime. Sauf que son Romeo, il est d’une caste inférieure, alors ça pose des problèmes. De gros problèmes. On va pas entrer dans les détails, parce que ce qu’elle nous a confié était vraiment lourd, et on a vu que ça lui faisait du bien d’en parler avec des personnes neutres a toute cette histoire. Mais pour faire court, épouser celui dont on est éprise en Inde n’est pas une mince affaire, et c’est le moins qu’on puisse dire. C’est toute une aventure, et il faut être prête à souffrir. Parce que les mariages arrangés, ben ça arrange tout le monde, mais pas les gens amoureux. Puji est une aventurière, elle est courageuse et obtiendra ce qu’elle veut parce qu’elle est tellement forte qu’elle tiendra tête à tous ceux qui barreront son chemin, et parce qu’après tout, rien n’est plus fort que l’amour.
Elle nous a donc invitées le 24 janvier pour qu’on assiste à son mariage !!!!!!!!!! Youpiiiiiiiii une occasion de fêter l’amour et de se faire jolies. Et elle a MEME proposé à Juliette de lui faire sa coiffure de mariée 😍

On vous laisse avec des photos de ces quelques jours de chouchoutages interculturels !

IMG_2799.JPG

IMG_2825.JPG

IMG_2833.JPG

IMG_2846.JPG

IMG_2875.JPG

IMG_2888.JPG

Enterrements de vies de fille

Avec notre départ dans 4 jours, le jeudi 23 à 16h très exactement, on a réalisé que ce serait nos dernières heures à vivre en tant que « filles ». C’est à dire en tant que filles qui portent des talons, des robes et se maquillent. Alors c’est vrai,on est au courant que notre nature de fille ne se définit pas par nos atours (so superficiel)… Mais quand même, d’accord ça s’arrête pas à ça, mais ça nous rend un peu triste de devoir dire au revoir à nos garde-robes !! (Et de dire au revoir à plein d’autres gens aussi, d’ailleurs, mais ce n’est pas le sujet de cet article).

En tout dans nos sacs à dos il n’y a que 5 t-shirts, un pull, un short, un pantalon, un pantalon/short (ouais ouais ça existe… Malheureusement !!! C’est les trucs immondes en matière dégueulasse qui ont une fermeture juste au dessus du genou – la hauteur flatteuse quoi….- pour transformer un pantalon en short en enlevant la partie basse, sous la fermeture éclair. Désolée Christina, vraiment, mais c’est papa qui nous a obligées !!), et… UNE ROBE !!!! Ouaiiiiis, on s’est dit qu’il fallait malgré tout en prendre une, qu’on a choisie avec soin : confortable, pas salissante, pas trop courte, pas trop décolletée, qui se lave et sèche facilement, qui va à peu près avec tout et qui ne prend pas trop de place dans la valise.

Alors pour quitter nos vies de filles avant de partir, nous avons décidé de l’enterrer ce week-end, à l’occasion du mariage de notre cousine, en Belgique.

IMG_2342.JPG

On a fait d’une pierre deux coups : retrouver la famille pour fêter l’amour de notre cousine ET s’habiller comme des filles pour la dernière fois avant 8 mois…

Voilà ce que ça a donné !
Au revoir robes, bijoux, chaussures, sacs, vestes et maquillage… À juin 2015 !! Promis, ce n’est qu’un au revoir, on se retrouve l’été prochain !!

IMG_2329-0.JPG

IMG_2364.JPG

IMG_2381.JPG

IMG_2382.JPG

Et comme le ridicule ne tue pas, on vous laisse sur cette belle photo flatteuse… Sachez que derrière chaque photo « normale » se cachent à peu près 15 comme celles-ci 😉

IMG_2369.JPG

Le shampoing sec

Aujourd’hui, je vous parle du shampoing sec.
Même si c’est plutôt bien connu, je tenais à en faire un article pour vous mettre au courant, et vous convaincre d’essayer si ce n’était déjà fait.

J’ai découvert le shampoing sec au moment où c’était la mode des ombré, de la raie au milieu et des cheveux coiffés-décoiffés. On pouvait l’utiliser comme un texturisant, facilitant l’effet « bed hair ».
Sauf que son but premier, comme son nom l’indique, c’est de tromper tout le monde en faisant croire que vos cheveux son propres.
Le principe est simple, des agents absorbants qui retiennent les saletés se chargent du boulot. Comme les femmes qui utilisent le talc en Inde, le shampoing sec permet de ne pas se laver les cheveux aussi souvent qu’il le faudrait.

Le concept du « je fous un truc sur mes cheveux pour qu’ils aient l’air propres alors qu’ils ne le sont pas du tout », me rebutait carrément au début.
Puis j’ai craqué, et je m’en suis acheté une bouteille (sous forme d’aérosol) de la marque Baptiste en partant en Inde, pas sûre de pouvoir me laver la tignasse aussi souvent que je l’aurais voulu.
Et bien je confirme, j’ai bien fait, parce que se laver avec de l’eau à 18 degrés ça me dérange pas vraiment, mais de là à en foutre sur mon crâne tous les deux jours, j’étais pas sûre de mon coup.
Puis j’ai terminé la bouteille sans grande conviction à mon retour, puisque je voyais pas l’intérêt de ne pas me laver les cheveux quand ils étaient sales si j’avais chez moi tout ce qu’il fallait pour les rendre propres (qui en somme requiert de l’eau, du shampoing et des mains)…
Et puis depuis quelques temps, voulant viser à un espacement de mes shampoings, je me suis dit que ça pourrait être une bonne alternative au troisième jour toujours délicat. Je me suis dit que j’allais m’en procurer un de nouveau, mais cette fois un autre parce que j’étais pas convaincue que le Baptiste soit le meilleur au monde (l’odeur était trop forte, la texture trop épaisse). C’est donc de ce pas que je vais en acheter un Monoprix, le packaging et le prix me plaisant autant.

20140824-194418-71058976.jpg

Et bien figurez-vous que celui-ci est beaucoup mieux. C’est toujours pratique de l’avoir sous la main, que ce soit vite fait pour rendre une tresse un peu plus « sèche », ou son but premier, absorber le sébum de votre cuir chevelu.

Allez, à dimanche prochain, et en attendant prenez soin de vos cheveux 😉

La serviette pour cheveux

Dans ce dimanche hairtalk, je vais vous parler d’une petite découverte un peu révolutionnaire.

Il y a quelques mois, Ingrid rentre à la maison avec un sourire jusqu’aux oreilles et crie « ma soeuuuuuuuuur regarde ce que j’ai trouvééééé ». Ni une ni deux, me voilà en train de dévaler les escaliers, pour être au plus vite auprès de la nouvelle découverte :
« Une serviette. Vraiment, une serviette Ingird ?? »
« Ouiiii mais c’est pas n’importe quelle serviette, elle elle est spéciale pour les cheveux. »
« Aaaah déjà ça m’intéresse un peu plus. Vas-continue ta plaidoirie. »
« Elle est fine, douce, petite et sèche vite. »
« Bon ok, mais pour les cheveux. Elle fait quoi aux cheveux ?? »
« Elle est beaucoup moins agressive que les autres serviettes. »
« Oh je te remercie, mais j’ai pas de problème de serviettes violentes… »
« Fais genre que tu ne comprends pas, et dis m’en des nouvelles. »
« De ce pas chef. »

20140817-200224-72144333.jpg

Après mon lavage de tête, j’utilise donc la nouvelle recrue au lieu d’une bonne vieille serviette fidèle.
Là je suis désolée, mais je suis celle qui ne sera pas fidèle. Des la première seconde, je l’adopte.
Déjà, parce qu’elle est pratique à attacher. Et oui, je m’excuse mais il aurait fallut que je fasse un stage chez les touaregs, j’ai jamais réussi à garder une petite serviette sur ma tête bien longtemps. Soit l’eau me coule partout dans le dos, soit la serviette se dénoue, soit ça me tire trop les cheveux. Bref, je dois pas être douée quoi !
En plus, parce que c’est l’une des rares qui arrivent à prendre TOUTE ma crinière. Halleluja.
Et enfin, parce qu’elle est pas enoooorme. Votre tête ne pèse pas le poids d’une pastèque une fois qu’elle est sur vos cheveux. Pliée elle fait 2cm d’épaisseur, et ça c’est un trèèès bon point, parce que ça veut dire qu’elle va vivre dans mon sac à dos pour les 10 mois prochains !
Et le dernier point, qui n’est pas le moindre, elle fait les cheveux DOUX. Honnêtement je ne saurais pas l’expliquer… C’est peut-être parce qu’elle est moins épaisse et qu’elle ne force pas les écailles des cheveux à se lever, ou peut-être parce qu’elle est magique ! Mais ce qui est certain, c’est que je l’adopte 🙂

Le bun

Le bun, ou chignon, est la solution des mauvais jours comme des bons.
Parce qu’on a les cheveux sales et qu’on a la flemme de les faire passer sous le shampoing, parce qu’aujourd’hui on a pas d’inspiration ou tout simplement parce qu’on a juste pas envie d’avoir les cheveux dans la figure…. En fait tout prétexte est bon pour se faire un chignon.

Qu’il soit tiré au dessus de la tête avec des épingles, rembourré avec un donut, fait à l’arrache en trois secondes (le moins efficace surtout quand on a une longue tignasse – la spécialité de Juliette) ou encore juste histoire de garder ses boucles tout en évitant de laisser ses cheveux mouillés lâchés (la spécialité d’Ingrid), les possibilités sont infinie, alors laissez place à votre créativité 🙂

20140329-111227.jpg