Un tour(tour) dans le Verdon

Tous les résidents de la région savent qu’une merveille de la nature se trouve pas très loin de chez eux. Malheureusement peu d’entre eux s’y sont aventurés… On l’a fait pour vous !
Initialement partis pour une bonne longue randonnée, nous nous sommes vites rendus compte qu’on manquait d’essence. Un détour du chemin du lac de Sainte Croix nous a fait perdre la motivation qui nous avait fait nous lever à 7h le matin même…
On a donc opté pour la solution de facilité, celle de l’aventurier pas très téméraire, et décidé de passer la journée à faire le tour des petits villages mignons du Verdon 🙂
Alors vous voyez, même si on est pas très organisé, pas très randonneur et un peu tête en l’air, on peut découvrir de belles choses !

Sillans-la-cascade
Comme son nom l’indique, ce petit village héberge une jolie cascade dont l’eau à la couleur caractéristique du Verdon : menthe glaciale. Aussi belle qu’impressionnante, il n’a pas fallut longtemps pour qu’on se retrouve dans l’eau très fraîche qui se déversait de la cascade en formant une multitude de petits bassins.

IMG_0695

IMG_0696

IMG_0702

IMG_0704

IMG_0729

IMG_0724

IMG_0728

IMG_0740

IMG_0734

IMG_0748

Salernes
Tout petit village très chaleureux et animé par le marché ce jour là, on a été conquis par l’ambiance amicale qui y régnait ! Un petit arrêt pour acheter des fruits et plein de bonnes choses locales, on a repris la route pour le prochain village

IMG_0690

Villecroze
Viellecroze était anciennement la ville creuse, et c’est pour ça qu’on peut y visiter des grottes ! Les amateurs de chauve-souris seront contents.
On y accède par un joli jardin tout calme, truffé d’oeuvres d’art. Ici aussi, une petite cascade coule à coté des grottes, ce qui donne un ensemble digne de la vallée de l’Ourika et les cascades d’Ouzoud au Maroc… De quoi laisser rêveur.

IMG_0755

Tourtour
Classé parmi les villages les plus beaux de France, ce village est super mignon. Il offre une vue imprenable sur la vallée.

IMG_0771

IMG_0761

IMG_0762

IMG_0764

Et voilà, le tour est terminé, et le temps est vite passé !

On se retrouve bientôt pour d’autres aventures dans le Verdon 🙂

Publicités

…Le retour !!

Oui, c’est vrai, on avait un peu disparu de cet endroit virtuel qu’est ce super blog.

On s’est astreintes durant 5 mois et 1 semaine à l’alimenter hyper régulièrement pour vous raconter nos péripéties quasiment au jour le jour (on écrivait dans les bus – et Dieu sait qu’on en a pris des bus… -, sur les terrasses de resto, dans les chambres de nos guesthouses, sur les banquettes des aéroports – et même parfois par terre, installées à même le sol -, sur nos serviettes de plage, bref un peu partout !).
Mais il faut l’avouer, après notre retour, on a un peu décroché et lâchement laissé tomber la rédaction : il faut dire aussi que, paradoxalement, les moments de « creux » pendant lesquels il était facile d’écrire à l’autre bout du Monde, sont beaucoup moins nombreux dans la vie quotidienne. Lorsqu’on est en vacances, il est en fait plus facile de s’aménager une plage horaire dans la journée pendant laquelle s’atteler à une tâche en particulier, un peu comme les enfants qui s’appliquent, plus ou moins contraints, à remplir une page de leur cahier de devoirs de vacances, et ce tous les matins de juillet et août !
Et puis, aussi, il s’est passé pas mal de choses depuis la fin de ce voyage : le temps de retrouver tout le monde, d’aller rendre visite à nos proches, de faire des surprises aux uns et aux autres, d’accueillir un ami indien pour lui faire à notre tour découvrir la vie ici, de candidater dans un IUT pour Juliette, de chercher un boulot pour Ingrid, la vie commençait peu à peu à reprendre son cours tranquille… 

Mais ce répis a été de courte durée, car les Delory n’ont pas vraiment l’habitude de rester tranquilles et n’aiment pas s’ennuyer ! Quasiment aussitôt rentrée, donc, deux semaines après avoir atterri en France exactement, Ingrid a annoncé son mariage l’été qui arrivait, en août. Haha, quelle surprise, et surtout, quel planning serré !

Bref, tout ça pour dire que ces 4 derniers mois ont donc été quelque peu chargés, cela explique sans doute notre absence, même si ça ne l’excuse pas. 
Quoiqu’il en soit, maintenant que le calme est revenu, et qu’un rythme normal s’installe, on est bien décidés à revenir et à continuer de vous raconter nos aventures, moins exotiques, certes, mais toujours aussi agréables à lire, on l’espère. 

10570329_1539358932966089_4325778970552534282_n

Juste avant notre départ, on avait organisé un petit repas pour présenter à tout le monde notre projet. Ça avait été l’occasion d’expliquer à notre famille et nos amis, le parcours, les pays visités, nos attentes, de recevoir les précieux conseils et adresses des uns et des autres.
Et bien, l’heure est venue de faire un peu la même chose, mais après le voyage cette fois ! L’idée c’est de réunir les mêmes personnes, mais aussi ceux qui n’avaient pas pu être là en octobre dernier, afin parler de ces mois écoulés et de vous raconter plus en détails que sur le blog notre super périple !
Lecteurs du blog, vous êtes donc tous conviés à venir débriefer cette expérience autour d’un goûter aux Violettes le dimanche 4 octobre. Y compris ceux qui nous ont découvertes en cours de route, par l’intermédiaire d’Internet, et qui ne nous connaissent pas forcément « en vrai ». Ce sera l’occasion de se rencontrer :-). Au programme : photos pour les plus patients, vidéos, troc de guides du Routard, échanges de bons plans, explications sur nos changements de plans, ressentis, anecdotes exclusives, rires, chai massala et chocolat :D. 

Venez nombreux !

De retour à la maison

Et voilà, le chemin se termine.

On vous écrit, au chaud (ouais enfin c’est un printemps un peu frisquet, donc par rapport à la canicule de Bali, c’est léger quoi…), de notre jolie maison grassoise. De LA MAISON. De l’endroit où on se sent le mieux au monde. De la où tout a commencé, il y a un peu plus d’un an.
Les idées balancées comme ça, juste pour rire, les listes de choses qu’on ne veut pas rater sur cette Terre, puis voir tout se concrétiser à une vitesse fulgurante, et ce non sans efforts. Ce voyage c’est notre bébé, c’est la chose qu’on a créée de A à Z et qu’on a vécue ensemble en se soutenant.

Mais attention cette expérience n’a pas été de tout repos !! Non non non, au contraire ça a été compliqué, à réfléchir, à organiser, à financer, à vivre, à digérer, et on oublie un tas de verbes… Le seul truc qui a été hyper facile pour nous en fait c’était de le partager. Entre nous, tout le temps, avec vous, régulièrement, et puis avec les locaux, souvent !

Le retour à la maison est plus facile que prévu, le pays nous manquait, nos proches nous manquaient, donc l’adaptation se passe vraiment bien. Ce retour au calme et au familier nous donne le temps de digérer, de comprendre et de revenir sur tous les moments de cette expérience incroyable et inoubliable, qu’on n’aurait pu rater pour rien au monde ! On est fières et heureuses de l’avoir accompli, surtout ensemble (on ne peut s’empêcher de se projeter plusieurs années dans le futur et s’imaginer en train de raconter à nos enfants et nos neveux « tu vois, dans ce pays, on y était avec tatie quand on était plus jeunes, on est parties en sac à dos toutes les deux 5 mois pour voyager et découvrir une partie du Monde ». Et ça nous fait bien rire !), et quelque part ça nous manque un peu de ne plus se supporter (dans le sens de se soutenir, non pas de se subir ^^) H24. 

Alors voilà, aujourd’hui, après exactement 161 jours de vagabondage à travers l’Asie et après en avoir pris plein la vue et le cœur chaque seconde de chacun de ces 161 jours, nous sommes de retour. 

Voici notre itinéraire final, celui, il faut l’avouer, qu’on n’avait jamais envisagé une seule fois, dans tous les scénarios qu’on s’était montés 14 mois auparavant :
France -> Inde -> Sri Lanka ->Thaïlande -> Laos -> Thaïlande -> Cambodge -> Thaïlande -> Singapour -> Indonésie -> Australie -> Indonésie -> Inde -> France

On vous remercie de nous avoir suivies tout ce temps, on vous remercie d’être partis avec nous, et surtout on vous remercie de tous vos mots gentils qui nous ont aidées tout le long de la route. Sachez que vous avez été avec nous a chaque instant, dans les meilleurs moments bien sur, mais surtout dans les plus mauvais. Heureusement ils ont été moindres mais vous nous avez donné le sourire et le courage de poursuivre quand le moral était un peu mouligasse !

Vous aurez dans tous les cas l’occasion de nous recroiser et on ne manquera pas cette opportunité de vous raconter, vous faire flipper, vous faire marrer, vous faire voyager une fois de plus avec nous 🙂

On vous aime ❤

Rien ne rend plus intelligent que le voyage

Un mec a dit ça un jour… On ne se rappelle plus qui, mais on l’a lu sur un calendrier. Vous savez les genres de calendriers que la FNAC vend partout aux alentours des fêtes de fin d’année avec une page par jour qu’il faut tourner, sur laquelle il y a la photo d’un paysage magnifique, la date et une citation. En tombant dessus, on s’est dit que c’était rigolo et plutôt un bon présage.

Elle est restée dans un coin de nos têtes, et on pense qu’il est maintenant temps de revenir dessus pour vous dire ce qu’on en pense.
On sait pas si « intelligent » c’est vraiment le terme, parce que c’est difficile de définir ce qu’est l’intelligence. On dirait plutôt que le voyage ça fait réfléchir. Mais pas genre réfléchir « comment je j’ai m’habiller demain », « c’est quoi son nom de famille déjà ? » « 7 fois 8 ça fait combien ? » !! C’est plus une réflexion sur toi, sur la vie, ton rapport au monde avec tout ce que le mot monde englobe : la nature, l’environnement, les êtres vivants, les humains, la nourriture, l’argent, la culture, les traditions, la morale, la liberté, enfin plein de concepts super variés, dont certains que tu étudies en philo pour le bac et que tu trouves pourtant rébarbatifs, jusqu’à ce que tu te rendes compte que ça fait partie de ta vie et de ton quotidien et que si t’es un minimum intéressé, ils te font poser plein de questions.

Bref, trêve de divagations philosophiques, il faut vous dire pourquoi on a ressenti le besoin et décidé d’écrire à ce sujet.
Après avoir passé 3 semaines au Sri Lanka, un petit îlot de paradis où tout était propre, calme, les gens gentils et chaleureux, on s’est retrouvées larguées à 5h du matin a l’aéroport de Chennai, une ville de plusieurs millions d’habitants dans la nuit moite et inquiétante. Donc en gros, on passe du monde des bisounours ou on fait de la bicyclette et on mange de l’ananas toute la journée à un pays de plus d’un milliard et demi d’habitants où l’individu existe autant que la pudeur et la retenue : l’Inde.

Et là, on peut vous assurer que c’est e qu’on appelle « UN CHOC CULTUREL ». On découvre des centaines de personnes qui dorment sur les trottoirs, des cadavres de chiens raides dans les caniveaux, des gens qui se lavent les dents en pleine rue, des vaches et des hommes qui mangent dans les poubelles… En fait, on fait l’expérience de l’Inde et on comprend toutes les mises en garde que nos proches nous ont faites à son sujet. On fait l’expérience de la vie en mode accéléré et on comprend que notre vie en France, celle qu’on a quittée, ce n’est pas la vraie vie, pas celle de la majorité des habitants de être planète en tout cas…

Ce voyage nous confronte à des choses que nous n’avions pas imaginées, les meilleures comme les pires, mais c’est tant mieux, parce que c’est ce que nous voulions. Certes, on ne s’attendait pas a ça, pas à TOUT ÇA on veut dire, mais le but principal de ces 8 mois était quand même de nous ouvrir l’esprit et de nous faire côtoyer l’inconnu : pour développer notre tolérance, notre instinct, notre patience, notre assurance, notre confiance, notre résistance, notre compassion, notre sociabilité et notre organisation. La première chose que nous avons apprise quand nous sommes parties, c’est que quand tu voyages, la seule chose à laquelle tu obéis c’est ton instinct. C’est la seule science exacte qui soit. C’est lui qui nous guide dans toutes les situations. Et quand on ne le suit pas, on le regrette très vite et on se met en danger.

Le voyage met à l’épreuve nos égos, mais aussi, il faut le préciser, nos liens en tant que sœurs. Parce qu’on est quand même deux soeurs de 8 ans de différence, et on a choisi de vivre 8 mois ensemble dans des conditions pour le moins inhabituelles. On s’est demandées plusieurs fois si cette expérience allait affecter notre relation, en bien ou en mal, mais pour l’instant on est d’accord pour affirmer que ça nous a rapprochées et que voyager ensemble n’est pas du tout un problème. Au contraire, ça nous fait nous sentir pas loin de chez nous. Souvent les backpackeurs voyagent en couple ou en amis, nous on a choisi de le faire en famille, et même si c’est rare, on pense que c’est une super décision parce que c’est comme garder toujours pas loin un petit quelque chose de familier, un point d’attache qui te donne le sourire parce qu’il te fait te sentir à la maison même à l’autre bout du monde. Quand le moral n’est pas au meilleur fixe, il te suffit de tourner la tête pour te réconforter et penser à tous les chouettes souvenirs que ta sœur te rappelle. Ta sœur a toujours un geste affectueux ou un mot gentil qui te redonne immédiatement le sourire et qui te réchauffe le cœur, et hop, les tracas s’envolent tout doucement, parce que tu te dis que tu n’es pas seule et que quoiqu’il arrive t’es avec elle et c’est ça qui compte. Dans le pays probablement le plus spirituel du monde, où on te parle de réincarnation et de karma, on est presque certaines d’une chose : on s’est connues dans une vie antérieure, voire dans plusieurs, et on a été sûrement meilleures amies dans une de ces autres vies. Voyager avec sa sœur c’est un peu comme voyager avec sa meilleure amie, mais en mieux parce que tu as du sang en commun et tu partages les souvenirs d’une vie qui font que personne ne te connait mieux qu’elle.

Une chose est sûre donc, le voyage transforme, il te change toi, ton point de vue sur absolument tout et il ouvre l’esprit à un point que tu ignores tant que tu n’en as pas fait l’expérience. Nous ne sommes pas des aventurières nées, le genre de personne qui ne tient pas en place et qui ne peut s’empêcher de rester à un endroit, qui a besoin de partir tout le temps. On le réalise parce qu’on est très heureuses de vivre cette expérience folle, mais on est autant heureuses de savoir qu’elle a une fin.
Ingrid aime son foyer, son nid douillet ses repères et son confort, sa cuisine, son amoureux et sa garde robe lui manquent par dessus tout, quant à Juliette, elle a hâte de retrouver son environnement, ses amours et son chaton, de déguster son lait d’amande aux dattes au petit déjeuner et de pouvoir admirer les couchers de soleil si familiers sur la Mer Méditerranée depuis le balcon de la maison tout en faisant des expériences photographiques.

Nous n’avons pas soif de liberté, nous avons soif de connaissance, d’expérience et d’apprentissage. La liberté, ce n’est pas le fait de partir loin de chez soi et de fuir les contraintes et les attaches. Pour nous, la liberté c’est le fait de se dire que tout est possible, que le monde est à portée de main et qu’il a tout un tas de choses à nous enseigner à son propos et surtout à notre propos. On peut se sentir libre chez soi, car la liberté c’est un état d’esprit, ça se passe un peu là haut, dans la tête, et sans doute beaucoup dans le cœur ; le voyage conditionne et accélère certes l’apprentissage parce qu’il te fait comprendre ça très vite, mais tu n’as pas besoin d’être loin de chez toi pour te sentir libre, juste de te sentir libre dans ton cœur !

La liberté n’est pas une condition du corps, c’est une condition du cœur (on est même sûres que tous les grands penseurs qui ont été à un moment privés de leur liberté physique par l’emprisonnement, citons Mandela, Gandhi ou encore MLK, qui pourraient vous l’affirmer) et c’est ce que ces premiers mois de voyage nous ont fait comprendre, parfois douloureusement, mais pour notre plus grand bonheur !

On comprend enfin le sens de ce dont notre maman nous parle depuis longtemps : l’intelligence du coeur.

Nous ne pouvons vous donner de meilleur conseil que de celui de voyager, car le voyage développe l’intelligence, entre autres choses, mais pas que… À vous de le découvrir !

Corsicaaaa

Corsicaaaa, c’est le nom de ma nouvelle vidéo. Après une longue année de préparation, une semaine de révisions intensive, et une autre d’épreuves épuisantes, notre « bande de pote » est partie pour une semaine de vacances dans une maison au bord de la rivière nommée Fango en Corse. Il y avait en réalité beaucoup d’autres raisons à cette escapade. On fêtait les derniers moments qu’on passait ensemble cette année avant de s’abandonner pour les études supérieures. On ferait la fin de ce bac, et toutes les années qu’on avait passées collés. On fêtait notre majorité, notre jeunesse, notre in cousinage et notre liberté. On ferait la vie quoi.

Tuarelli est un petit village de quelques habitants (je dirais 10 ahah), qui se situe à 15min de Galeria (« entre mer et montagne, vous voulez la mer, vous avez la montagne, vous voulez la montagne vous avez la mer ») et dont la principale attraction est son pont de 13m de hauteur.

Nous sommes partis avec 2 voitures (enfin une et demi quoi parce qu’une Chatenet…), ce qui rendait les trajets compliqués. Mais heureusement, tout ce dont on avait besoin était sur place : nos amis, une rivière à l’eau translucide, des rochers desquels sauter, des paysages à couper le souffle et toutes sortes de trucs pour rendre cette semaine inoubliable et l’immortaliser dignement.

Bref je vous laisse à la vidéo, qui résume plutôt bien notre séjour au paradis.

Je tiens quand même à féliciter tout le monde parce qu’on a tous eu notre bac haut là main, et qu’on aurait pas pu mieux fêter notre réussite. BRAVO À VOUS LES COUPAINS.